Forum « bien valoriser les digestats de méthanisation dans les systèmes de culture du Rhin supérieur » - 18 mai 2017 au LTZ à Rheinstetten   -  2017/04/06

Après une journée consacrée à la valorisation des sous-produits agricoles en méthanisation à l’automne 2016 (actes Forum Itada 25octobre2016 ), l’ITADA organisera un second forum transfrontalier cette fois sur le thème de la bonne valorisation des digestats en agriculture.

La journée se tiendra le jeudi 18 mai 2017 à Rheinstetten au sud de Karlsruhe à la station expérimentale du Landwirtschaftliches Technologiezentrum Augustenberg (LTZ).

Après une série d’interventions le matin, l’après-midi sera consacrée à une présentation de différents équipements d’épandage ainsi que d’une démonstration d’incorporation au sol (sous réserve d’une météo favorable).
Le coût de la journée est de 25 € (repas inclus).
Inscription en ligne obligatoire à partir du programme

Un regroupement est proposé pour faire le déplacement (sans frais supplémentaire) en bus depuis:
- départ 06h45 : Chambre d'Agriculture Alsace à Sainte Croix en Plaine
- départ 07h30 : Chambre Agriculture Alsace à Obernai (ZI Nord -4 rue Mohler):
- départ 8h20 : P de covoiturage sortie Hoerdt (n°49)de l'autoroute A35 (direction Lauterbourg - Karlsruhe)-juste avant le restaurant borsalino au niveau du rond point

Inscription au covoiturage en bus obligatoire auprès du secrétariat de l'ITADA : itada@orange.fr

Programme et inscription Forum Itada 18mai2017




3 880 hectares de maïs semences récoltés en 2016 en Bade Wurtemberg  -  2017/03/14

Les bons résultats de la qualité des semences récoltées en 2016 ont été confirmés lors d'une récente réunion du syndicat des producteurs de semences du BW. La faculté germinative moyenne est de 96,8 % et seulement 0,3 % des surfaces ont du être déclassées..
270 agriculteurs multiplicateurs ont produit les semences sur 1854 parcelles. La surface moyenne par multiplicateur est de 14,9 hectares.
Cette spécialisation est concentrée dans la plaine du Rhin essentiellement dans le Landkreis Breisgau-Hochschwarzwald (au sud de Freiburg)

Source : BBZ 25.02.2017




Moins d'exploitations d'élevage en Bade Wurtemberg  -  2017/02/06

L'enquête 2016 sur les structures agricoles dans le Bade Wurtemberg confirme le déclin du nombre d'élevages dans le Land.
Depuis 2010, le nombre d'élevages a diminué de 16,8 % soit une réduction 2 fois plus rapide que celui du nombre total d'exploitations agricoles (- 8,1 %).
C'est la production porcine qui est le plus en déclin avec presque - 40 % d'élevages suivie par la production bovine (- 18,1 %). Les populations totales de porcs et de bovins régressent nettement moins avec un cheptel respectif de 1,88 millions et 984 000 têtes (- 12 % et - 3 %).
Au niveau des volailles, le nombre d'élevages se contracte mais le nombre total d'animaux progresse : 7 000 exploitations avec 4,29 millions de volailles en 2016 contre 9 700 exploitations et 3,56 millions en 2010.
A noter la progression de 18 % de la production de chèvres (encore une niche).


source : communiqué de presse du 20.01.2017(MLR Stuttgart)




Nourrir les vaches laitières avec plus d’herbe et moins de tourteaux de soja permet de réduire l’impact de l’élevage sur le changement climatique.  -  2017/01/06

Les experts réunis au colloque hivernal de l’institut de l’élevage bovin et des fourrages du Bade Württemberg (LAZBW) à Aulendorf sont tombés d’accord pour dire que les ruminants libèrent moins de méthane s’ils se nourrissent plus de fourrages locaux que de concentrés et de tourteaux de soja importés.

Toute une série de chiffres moyens ont été cités :
- Une vache de la race Fleckvieh qui produit en moyenne 8000 kg de lait/an est responsable par litre produit d’une émission de 1,15 kg équivalent CO2 alors qu’une vache de race Holstein qui produit 10 000 kg/an ne libère que 0,98 kg eqCO2/litre.
- Pour les produits alimentaires, l’empreinte carbone varie fortement selon le produit : le kilo de protéine en provenance d’un kg d’ensilage d’herbe coûte 0,16 kg eqCO2, cela monte pour le tourteau de soja européen à 0,81 eqCO2 et grimpe pour le tourteau de soja brésilien provenant de terre défrichée à 8,2 kg eqCO2.




Projet InvaProtect : pour mieux protéger les vergers et les vignes du Rhin supérieur contre les nouveaux bioagresseurs invasifs   -  2016-12-09

L’apparition de nouveaux organismes bioagresseurs constitue un phénomène inquiétant pour les vergers et les vignobles de nos régions. Des pertes de récolte parfois considérables ont ainsi été provoquées en 2014 par Drosophila suzukii - drosophila-suzukii-Bild-LTZ - dans les cultures de fruits à noyaux, de petits fruits rouges et dans les vignes depuis le Palatinat au nord à la Suisse au sud.
En réaction à cette nouvelle menace, les instituts de la recherche agronomique et les organismes du conseil viticole et arboricole du Rhin supérieur ont alors décidé d’unir leurs efforts pour proposer au plus vite aux producteurs une stratégie de lutte durable contre cette drosophile et pour apprécier les risques d’autres organismes menaçants.
Le projet InvaProtect, d'une durée de 3 ans (2016-2018) dispose d'un budget total avoisinant les 4 millions € et un soutien de 2 millions d’Euros du fonds européen de développement régional (FEDER) via le programme de coopération transfrontalière INTERREG V Rhin supérieur.
Les partenaires alsaciens engagés au côté du LTZ-Augustenberg, porteur du projet, sont la Chambre d’Agriculture Alsace, la FREDON-Alsace, le verger expérimental d’Alsace (Verexal), l’Institut Français de la Vigne et du Vin, le Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace (CIVA) et bien entendu l’INRA Colmar qui pour l’occasion a recruté un jeune chercheur.
Enfin, certains organismes économiques de la filière sont aussi associés au projet : Ampelys, Comptoir agricole, Groupe Armbruster et Vitisphère-Alsace.

Pour en savoir plus :

projet InvaProtect




Forum ITADA sur la valorisation des sous-produits agricoles par la méthanisation  -  2016-11-28

Produire du biogaz avec des sous-produits agricoles sans entrer en concurrence avec les filières agroalimentaires ou encore celle de l’élevage est une orientation séduisante pour le territoire (production d’énergie renouvelable et valorisation de matières organiques locales).

Le forum transfrontalier ITADA du 25 octobre dernier a réuni près d'une centaine de participants à la maison de la nature du vieux canal à Hirtzfelden (68.)

Le forum a permis de faire le tour de nombreuses questions qui se posent pour les exploitants sur les réelles opportunités, la rentabilité et la durabilité notamment agronomique d’une telle démarche.
L'après-midi a conduit les participants sur le site de Badenova de production de biogaz et d'injection de biométhane dans le réseau du Gewerbepark Breisgau de l'autre côté du Rhin.

Par ailleurs, l'ADEME vient de publier un avis de synthèse (17 pages) sur la "méthanisation, élément clé de la transition énergétique et écologique". Cet avis, basé sur un retour d'expérience de 80 unités de méthanisation, indique notamment qu'il faut mobiliser les effluents d'élevage et les résidus de cultures, et incite à veiller aux risques économiques en préconisant l'injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel et la valorisation des digestats.

Les actes de la journées sont en ligne dans notre rubrique Projets

ADEME - Méthanisation, élément clé de la transition énergétique et écologique




Raiffeisen Kraftfutterwerk (RKW) investit à Kehl dans une installation de stockage dédié au bio   -  2016/08/31

La coopérative RKW, affiliée au groupe ZG, investit près de 3,5 millions d’€ pour la mise en place d’un silo dédié au stockage des marchandises AB qui pourra contenir 3500 à 4000 tonnes de céréales et protéagineux.
RKW qui a déjà investi en 2010 dans la production d’aliments fourragers biologiques voit en effet la demande croitre régulièrement et ses capacités de stockage actuelles qui ne suffisent que 3 jours de travail sont devenues insuffisantes.
Le bio représente déjà chez RKW environ 15 % du total de sa production totale d’aliments (100 000 t/an).

Source : BW Agrar 41.2016




Le mildiou sans pitié pour les vignes bios du Rhin supérieur  -  2016/07/29

Les attaques de mildiou de juin-juillet 2016 menacent les vignes biologiques et montrent les limites du cuivre comme unique moyen de lutte.
Les gouvernements du Bade Wurtemberg et de Rhénanie-Palatinat ont déposé une demande de dérogation à Bruxelles pour l’utilisation de phosphites de potassium en agriculture biologique. L’enjeu est de taille pour les quelques 6000 ha de vignes AB en Rhénanie-Palatinat et 1300 ha en Bade Wurtemberg. Ces sels dont l’usage était en AB autorisé jusqu’en 2013 en Allemagne sous la catégorie des produits biostimulants (Pflanzenstärkungsmittel), puis interdit depuis 2014, font grandement défaut cette année pour endiguer l’attaque phénoménale du mildiou. Devant le refus de dérogation il a été décidé de conduire dès cette année une expérimentation « grandeur nature » au domaine viticole expérimental de Bad –Kreuznach afin de renforcer le dossier. Un des buts est de permettre aux exploitations qui auraient utilisé les phosphites sur certaines parcelles cette année d'à nouveau produire et commercialiser leur récolte sous mode de production AB dès l’année suivante (et non attendre 3 ans).
Côté français, l’OPABA (Organisation professionnelle de l’agriculture biologique en Alsace) fait un constat identique pour la difficile protection des parcelles à cause des pluies exceptionnelles (lessivage du cuivre, difficulté d’entrée dans les vignes….) et craint au final que les récoltes soient sévèrement amputées par les attaques du mildiou.




La société Taifun débute une grande initiative pour la sélection du soja  -  2016/06/27

La Firme Taifun, localisée à Freiburg, spécialiste du soja biologique et producteur de produits dérivés du tofu, a lancé en 2016 l'opération : 1 000 jardins, 1 000 lignées et 20 variétés.
L'expérience "soja - 1000 jardins" est une action inhabituelle réalisée en coopération avec l'institut de sélection des plantes de l'Université de Hohenheim. Il s'agit d'identifier les meilleures variétés et les meilleures lignées à partir desquelles orienter la sélection de nouvelles variétés de soja.
Cette méthode de sélection très innovante repose sur la participation de 1 000 jardiniers amateurs prêts à consacrer une surface minimale de 6 m² à un suivi des plantes scientifique et rigoureux afin d'aider à identifier les meilleures lignées pou disposer demain de variétés adaptées au territoire et disposant des propriétés idéales pour la production de produits à base de tofu.



Plus d'info sur le projet




Peter Hauck nouveau Ministre de l'Espace rural en Bade Wurtemberg  -  2016/05/11

Monsieur Peter Hauk (CDU) est devenu le nouveau ministre de l'Espace Rural. Il avait déjà occupé cette fonction de 2005 à 2010.
Il succède donc à Alexander Bonde (Grüne) qui n'appartient plus au nouveau gouvernement "grün-schwarz" du Landesregierung du Bade-Wurtemberg.




Laurent Wendlinger succède à Jacques Cattin pour la Présidence de l'ITADA  -  2016/04/27

Suite à la création de la Région Grand-Est, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, le conseiller régional Laurent WENDLINGER a été désigné pour représenter le Conseil Régional au sein de l'ITADA.
Il succède ainsi à Monsieur Jacques CATTIN pour la Présidence de l'ITADA actuellement assurée par la partie française.
Laurent WENDLINGER est éleveur dans le Sundgau et aussi Président de la Chambre d'Agriculture Alsace depuis mars 2016.




Bien-être animal en élevage : l’Allemagne en pole position  -  2016/03/27

Avec « Initiative Tierwohl », les partenaires de la filière élevage en Allemagne (syndicats et coopératives, abattoirs, transformateurs et distributeurs de l’alimentation) s’engagent pour la santé et la protection des animaux, à travers un programme d’actions fondé sur le volontariat. La première phase a débuté en 2015 et ne concerne que les élevages porcins et de volailles.

L’objectif : rassembler sur 3 ans environ 255 Millions d’€
Les surcoûts occasionnés aux éleveurs par les actions déployées pour améliorer le bien-être de leurs animaux font l’objet de soutiens financiers par les sociétés de la grande distribution qui participent à l’initiative. Celles-ci versent au fond « Initiative bien-être animal » une contribution de 4 cc d'€ par kg de viande ou de charcuterie de porc ou de volaille vendu. La plupart des grandes enseignes de la distribution de produits alimentaires participent : Edeka, Aldi, Lidl, Rewe, Penny….
Il est ainsi estimé qu’à terme environ 12 millions de porcs et 255 millions de poulets pourront bénéficier de ces mesures.

Le principe de fonctionnement
La participation est libre pour tout éleveur à condition qu’il prenne part à un système d’assurance qualité (QS-System). L’organisme certificateur prend en charge sa candidature et la remise des informations nécessaires dont notamment les critères de bien-être retenus dans une liste proposée ainsi que le nombre d’animaux commercialisés par an. Ainsi, pour le porc charcutier, les critères font l’objet d’une prime variable en fonction du niveau d’exigences (exemple 4 € pour 20 % de place supplémentaire, 8 € pour 40 % de plus). Le total doit conduire à une prime minimale de 3 € et à un plafond de 9 € /animal afin de permettre la participation d’un grand nombre d’élevages.

Premier bilan intermédiaire du dispositif
85 millions € ont été recueillis en 2015 et vont être reversés aux exploitations qui ont candidaté avec succès (95 % des audités). Mais si près de 4 700 éleveurs de porcs satisfont aux critères exigés, seuls 2 100 ont jusqu’ici été acceptés car les moyens financiers manquent. Les autres sont sur une liste d’attente et le DBV, le syndicat national des exploitants agricoles, réclame donc plus de moyens pour l’initiative afin de les intégrer rapidement. Le DBV souhaite le triplement du montant reversé par kilogramme de marchandises, soit 12 cc €/kg.
Les enseignes de la distribution répondent qu’il est urgent d’introduire un index « bien-être » afin que le consommateur puisse apprécier la réalité des mesures engagées.

Plus d'info : www.initiative-tierwohl.de




Fertiliser le maïs grain par injection de l'azote dans le sol :   -  2016/01/27

Voici quelques années, l'ITADA a attiré l’attention sur une méthode de fertilisation mise au point côté Allemand par le professeur Karl Sommer à la fin des années 1990.
Cette méthode baptisée CULTAN consiste en un dépôt localisé concentré d’azote sous forme ammonium.Cette méthode innovante n’a pas trouvé un réel développement ces dernières années. C’est pourquoi voici 4 ans, des partenaires Alsaciens, du pays de Bade et du Palatinat ont décidé de reprendre les travaux pour développer un outil adapté à cette méthode de fertilisation CULTAN.
Le projet s'appelle INDEE, acronyme compréhensible en français et en allemand pour "Injection d’engrais azoté (N) sous forme de Dépôt pour plus d’Efficience et moins d’Emissions dans l’environnement".
Ce travail a été rendu possible par le soutient du programme Européen INTERREG Rhin supérieur sans lequel il aurait été difficile de faire ces travaux.
Cette méthode CULTAN d’origine allemande trouve finalement un second souffle grâce à l’implication de partenaires français dont Arvalis, chef du projet.

vidéo projet INDEE




Werner Räpple réélu à la Présidence du BLHV   -  2015/12/23

Werner Räpple a été réélu à la Présidence du BLHV (Badisches Landwirtschaftliches Hauptverband), le syndicat des exploitants du pays de Bade, le 14 décembre dernier. L'exploitant âgé de 60 ans est à la tête d'une exploitation arboricole et viticole à Vogstburg-Oberrotweil.
Le premier Vice-Président est M. Franz Käppeler, éleveur laitier à Stockach-Seelfingen, qui succède à Karl Rombach qui souhaitait se retirer.
Les deux autres vice-Présidents sont Bernhard Bolkart, éleveur de vaches alaittantes à Schonach et responsable des questions "environnement et protection de la nature" ainsi que Karl Silberer exploitant céréalier à Friesenheim.
source : BBZ




Forum ITADA du 03 septembre 2015 au Stifterhof  -  2015/09/09

Le forum transfrontalier du 03 septembre 2015 au Stifterhof à Odenheim (D) a concerné la thématique de la conservation du sol comme démarche de préservation du capital sol.

Les essais de longue durée conduits par le LTZ*, en colline érosive du Kraichgau au nord-est de Karlsruhe,conduits avec une rotation colza/blé/maïs/blé, abordent ces questions.
Découvrez les interventions en chargeant les pdf ci-dessous.

Actes du forum ITADA-03sept2015-Stifterhof-1

Actes forum ITADA-03sept2015-Stfterhof-2




L’agriculture de la future grande région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne comparée à ses voisins frontaliers.  -  2015/06/22

L’Alsace, la Champagne-Ardenne et la Lorraine vont composer une grande région au poids économique assez exceptionnel.
Agreste, le service de la statistique, l'évaluation et la prospective agricole a publié une note sur l’agriculture transfrontalière qui donne un aperçu des principales productions de la future grande région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine - en comparaison de ses voisins frontaliers : Bade-Wurtemberg, Rhénanie-Palatinat, Sarre, Luxembourg et Wallonie.
La surface agricole utile de la grande région dépassera les 3 millions d’hectares, soit plus du double du Land de Bade-Wurtemberg, partenaire principal et historique de la coopération transfrontalière avec l'Alsace.

Source : Agreste – fiche 9 – mars 2015

Agriculture transfrontalière et grande région ACAL




Le point sur l’évolution des soutiens à l’Agriculture Biologique en Alsace et en Bade Wurtemberg   -  2015/04/17

A partir de 2015, en Bade Wurtemberg, le nouveau programme de mesures agro-environnementales FAKT (comprend 40 mesures contractuelles volontaires) assure un soutien renforcé à l’agriculture biologique dont l’impact positif sur le climat et les ressources naturelles est ainsi mieux reconnu.
En France, les montants des aides sont aussi revalorisés en 2015. A noter que d’autres dispositifs de soutien tel l’aide à la certification (80 % des coûts les 2 premières années) et le crédit d’impôt à l’AB sont poursuivis. Ce dernier est de 2500 € et reste cumulable avec les aides à la conversion et au maintien dans la limite d’un plafond de 4000 € (donc pour petites exploitations). Le cumul avec certaines aides agro-environnementales est désormais possible comme les mesures de fauche tardive ou de réduction de fertilisation sur prairies (à voir dans le détail avec les conseillers spécialisés) à l'instar des possibilités ouvertes en Allemagne.
L’engagement dans les deux pays doit être planifié pour 5 ans.
Pour connaître les montants par type de culture et pays, veuillez charger le tableau en cliquant sur le lien:Aides AB en Alsace et Bade Wurtemberg




Quel salaire minimum pour l’agriculture en Allemagne ?  -  2015/01/29

Depuis le début de l’année 2015, le salaire minimum légal de 8,50 €/h est entré en vigueur en Allemagne. Celui-ci sera révisé tous les 2 ans. Avec une augmentation de salaire supposé de 2,5 %, le salaire minimum devrait au 1er janvier 2017 atteindre 8,93 €/h.
Ce salaire minimum peut en raison d’une règle admise de transition être en dessous de ce minimum pour une durée maximale de 3 ans, lorsque pour une branche d’activité, un accord contractuel valable pour tout le pays a été négocié et que la branche s’inscrit dans la loi pour les employeurs.
Il existe un tel contrat de tarif minimum pour l’agriculture, la sylviculture et l’horticulture et il a été déclaré fin 2014 comme obligation générale.
Ainsi, s’impose à toutes les exploitations qui sont adhérentes à l’organisation professionnelle agricole (SVLFG), en 2015, un salaire minimal de 7,40 €/h. Celui-ci augmentera au 1er janvier 2016 à 8,00 € et ensuite au 01 janvier 2017 à 8,60 € et il atteindra 9,10 € du 1er novembre au 31 décembre 2017.
Au 1er janvier 2018, le salaire minimum légal national s’appliquera en agriculture.

PDF Bezeichnung: salaire minimum en agriculture en Allemagne




Colloque transfrontalier : la fertilisation azotée localisée du maïs : une vraie alternative pour demain ? - 27 novembre 2014 à Sainte-Croix-en-Plaine  -  2014/12/9

L’ITADA et les partenaires du projet INDEE (Injection d’engrais N sous forme de Dépôt pour plus d’Efficience et moins d’Emissions dans l’environnement) ont organisé
jeudi 27 novembre 2014 à la Chambre d’Agriculture de Région Alsace à Sainte Croix-en-Plaine.

le colloque final du projet soutenu par le programme européen INTERREG IV Rhin Supérieur.

Les supports des intervenants sont maintenant en ligne en cliquant sur les liens ci-dessous

colloque projet INDEE-27nov2014_Partie1

colloque projet INDEE-27nov2014_Partie2

colloque projet INDEE-27nov2014_Partie3

colloque projet INDEE-27nov2014_Partie4




Projet LEGEM : forum final du 4 décembre 2014 au lycée agricole du Pflixbourg à Colmar-Wintzenheim  -  2014/12/17

Les travaux du projet étaient axés d’un côté sur les coûts de production des principales cultures de légumes dans le contexte du Rhin supérieur et d’autre part sur les attentes d’approvisionnement régional des filières de distribution longue et les possibilités d’y répondre.
Les actes du forum final du 4 décembre 2014 sont maintenant disponibles et téléchargeables en activant le lien ci-dessous.



LEGEM-Actes forum final-04dec2014-LA-Wintzenheim




Forum LEGEm BioRhi'n : les interventions sont maintenant disponibles  -  2014/11/19

Les supports des intervenants au forum transfrontalier «perspectives pour la production régionale et la commercialisation de légumes bio dans le Rhin supérieur» qui s'est tenu le
jeudi 13 novembre 2014 sur le site du distributeur EDEKA Südwest à Offenburg (D)
sont maintenant en ligne.

Présentations F




L’agroécologie dans le Rhin supérieur : les interventions du séminaire du 4 novembre 2014 à Rouffach sont disponibles  -  2014/11/18

Le groupe agriculture de la Conférence du Rhin supérieur a organisé mardi 4 novembre 2014 un séminaire tri-national au lycée agricole de Rouffach.
La thématique était « l’agrolécologie dans le Rhin supérieur : regards croisés sur les nouvelles politiques agricoles et leur mise en œuvre »..


Les différentes interventions de la journée sont disponibles dans les fichiers pdf téléchargeables ci-dessous.

Séminaire-agroécologie-Rhin supérieur-4nov2014-Rouffach

2-Séminaire-agroécologie-Rhin supérieur-4nov2014-Rouffach

3Séminaire-agroécologie-Rhin supérieur-4nov2014-Rouffach-




Forum du projet LEGEM à Offenburg (D) le 13 novembre 2014  -  2014/10/13

le forum transfrontalier «perspectives pour la production régionale et la commercialisation de légumes bio dans le Rhin supérieur» se tiendra le
jeudi 13 novembre 2014 sur le site du distributeur EDEKA Südwest à Offenburg (D)
La manifestation est organisée avec les partenaires du projet INTERREG A32, LEGEM BioRhin (développer des outils pour améliorer la compétitivité de la production de fruits et légumes biologiques de la région du Rhin supérieur) et notamment l’OPABA, chef de projet.
La journée sera l’occasion de réunir producteurs et transformateurs de légumes biologiques du Rhin supérieur et d’avoir un regard sur la situation de l’offre et de la demande dans le pays de Bade.

Forum LEGEm-ITADA_13nov2014

Inscription-Forum LEGEM-ITADA_13nov2014




L’ITADA a fêté ses 20 ans d’existence à l’occasion des journées portes-ouvertes du LTZ à Augustenberg le 13 septembre 2014  -  2014/09/19

En avant- première aux portes-ouvertes du LTZ qui ont attiré plusieurs milliers de visiteurs sur leur site d’Augustenberg, Monsieur Jacques CATTIN, le vice-Président de l’ITADA et conseiller régional d’Alsace, a prononcé un discours célébrant les 20 ans d’existence de la structure de coopération transfrontalière en agriculture.

discours 20 ans d'ITADA au LTZ-Augustenberg-13septembre2014

Article-portes-ouvertes LTZ et 20 ans ITADA-13.09.2014




journées portes-ouvertes du LTZ à Augustenberg les 13 et 14 septembre 2014  -  2014/07/23

le LTZ -Lanswirtschafliches Technologiezentrum Augustenberg - centre de recherche en productions végétales du Bade Wurtemberg, ouvre ses portes pour 2 journées le 13 septembre de 13H à 17H et le 14 septembre de 10H à 17H à Augustenberg-Karlsruhe.
L’Institut est spécialisé dans l’agronomie, la protection de l’environnement, l’agriculture biologique et la protection des plantes ainsi que les analyses de plantes, de sols et de semences.
Son domaine d’interventions recouvre la :
1. Protection préventive des consommateurs et la sécurité des produits alimentaires et fourragers.
2. Protection et amélioration de l'efficience des ressources naturelles
3. Compétitivité des productions végétales régionales
4. Coopération transfrontalière

A cette occasion, il sera également possible de visiter les laboratoires et serres de recherche ainsi que le verger expérimental d’Augustenberg.

Flyer journées_portes-ouvertes -LTZ-2014




L’ITADA, INDEE et INARO étaient présents aux journées « agriculture de demain »   -  2014/06/26

L’ITADA qui fête cette année ses 20 ans d’existence a participé aux journées « Agriculture de demain, le rendez-vous de tous les agriculteurs », les 4 et 5 juin à la ferme du lycée agricole de Rouffach.
L’ITADA était présent sur le stand de la Chambre d’Agriculture et a présenté le projet transfrontalier INDEE concernant la fertilisation azotée localisée de précision avec l’équipe d’Arvalis, chef de file du projet.
Le site INARO était également de la partie avec un ordinateur mis à disposition des visiteurs pour qu’ils puissent découvrir les différentes pages du site consacré à la valorisation de la biomasse.

INDEE présenté à Rouffach

Poster INARO -Rouffach-2014




Remise des trophées de l'agriculture durable pour la région Alsace   -  2014/06/09

Les récompenses ont été décernées hier lors du salon « Agriculture de demain », organisé les 4 et 5 juin à la ferme du lycée de Rouffach.
Un éleveur de la vallée de la Bruche et un maire du Sundgau ont été récompensés hier pour des démarches « ayant pour objectif une agriculture productive, respectueuse de l'environnement et de ses hommes », a souligné Eric Mallet, directeur régional de la DRAAF (Alimentation, agriculture et forêt). Ces trophées, qui existent depuis 2008 au niveau national, se déclinent depuis quatre ans au plan régional, avec une dotation de 20 000 EUR.
Le jury, présidé par Christian Bockstaller, de l'INRA de Colmar, a d'abord distingué le travail de Francis Humann, d'Ernolsheim-sur-Bruche, qui a créé une filière autour du poulet bio : « Dès 2010 nous avons réfléchi à une nouvelle orientation à prendre sur notre élevage, a raconté l'exploitant devant l'assemblée. Sous la pression des consommateurs qui en réclamaient, nous sommes passés à la volaille bio. C'était une première en Alsace. » Aujourd'hui, Francis Humann a fédéré trois autres éleveurs et 2 000 volailles bio sont abattues chaque semaine sur le secteur. « Nous avons réussi à créer une filière en partant de rien, avec le soutien de l'OPABA [Agriculture biologique et biodynamique en Alsace]. Et nous travaillons avec deux abattoirs, un couvoir et un fabricant d'aliments. »
Le deuxième lauréat, Mathieu Ditner, est maire d'Ammertzwiller et président du syndicat de l'eau. Lui s'est engagé dans une démarche d'amélioration de la qualité de l'eau par la réduction des pesticides dans les champs. « La qualité de l'eau se détériorait dans notre puits de captage et en 2007, le taux en nitrates atteignait 46 mg/litre, a détaillé l'élu. Nous avons voulu aider nos agriculteurs à mettre en place d'autres cultures, et nous avons choisi ensemble le miscanthus, une graminée pérenne qui est valorisée comme combustible. Sa culture ne nécessite aucun intrant. » Pour que la démarche soit cohérente, la commune d'Ammertzwiller s'est engagée à utiliser pendant quinze ans le combustible produit dans sa chaudière à biomasse, ce qui a « nécessité quelques adaptations. De 60 à 70 foyers se chauffent également grâce à notre chaudière.

Source : journal DNA du 05 Juin 2014




L’ITADA et INARO présents lors des journées « agriculture de demain » les 4 et 5 juin 2014 à Rouffach   -  2014/05/13

L’évènement « Agriculture de demain, le rendez-vous de tous les agriculteurs » est organisé à l’initiative de la Chambre d’Agriculture région Alsace aux côtés d’Alsace Bio et de l’OPABA (organisation professionnelle de l’agriculture biologique en Alsace). Il se tiendra à la ferme du lycée agricole de Rouffach.
L’ITADA qui fête cette année ses 20 ans sera présent sur le stand de la Chambre d’Agriculture et présentera notamment le site INARO à l’aide d’un poster et d’un ordinateur mis à disposition des visiteurs pour qu’ils puissent découvrir les différentes pages du site.

Plus d’info sur l’évènement : www.agriculturededemain.com

INARO




Le salaire minimum en Allemagne pose problèmes en agriculture  -  2014/04/11

L’application du salaire minimum de 8,5 €/heure vient d’être décidé (Entsendegesetz) pour dès le 1er janvier 2015. Le président du syndicat national des exploitants agricoles (DBV), Joachim Rukwied, est d’avis que cela menace gravement l’agriculture. Il a introduit une demande de dérogation et d’exception pour les travailleurs saisonniers agricoles.
Les syndicats agricoles déplorent la remise en cause des accords collectifs de travail régionaux existants en agriculture et réclament leur maintien jusqu’à fin 2016, le temps de trouver un accord paritaire national tenant compte d’adaptations aux spécificités de l’agriculture.
Dans les exploitations de cultures spéciales (légumes de plein champ : fraises, aspercges, et viticulture…), les charges de main d’œuvre représentent jusqu’à 70 % des coûts de production. Les petites structures seraient les plus menacées par une telle augmentation des salaires alors que les pays concurrents appliquent des salaires minimum très bas (Espagne : 3,91 €, Grèce : 3,35 €, Pologne : 2,21 €….). Ceci conduirait à des pertes d’emplois saisonniers (surtout occupés par des travailleurs polonais et roumains) mais aussi d’emplois à plein temps y compris dans les secteurs en amont et aval de la production.
En revanche, aucune inflexion ne sera permise par le gouvernement fédéral à la branche industrielle de la viande.

Source : Agra-Europe (31.03.2014) et revue BW-Agrar n°14-2014




Coopérative agricole de céréales : aide aux porteurs de projet de méthanisation  -  2014/03/17

La Coopérative Agricole de Céréales (siège à Colmar) a mis en place la solution "Opti-métha". Un moyen d'optimiser la performance économique des exploitations agricoles en investissant dans la méthanisation.
L'accompagnement se fait en 3 étapes:
- Envoi d'un document explicatif sur la méthanisation à la ferme ainsi qu'un questionnaire d'évaluation du projet.
- Conseils d'avant-projet: étude d'opportunité et conseils d'orientation à donner au projet en prenant en compte tant la valorisation de l'énergie, que du site d'exploitation ou encore des substrats.
- Début de l'étude de fonctionnement, avec optimisation des délais de réalisation, lisibilité sur les différentes étapes, orientation vers les instances spécialisées, suivi des opérations, accompagnement dans les démarches administratives ou encore aide sur le choix des opérateurs et des développeurs.

Plus d'info: www.cac68.fr




Les applications d’engrais et de produits phytosanitaires interdites sur des bandes de 5m le long des cours d’eau en Bade Wurtemberg  -  2014/02/17

Depuis janvier 2014, la nouvelle réglementation issue de la loi sur l’eau révisée en décembre 2013 renforce les obligations pour la gestion des bandes le long de cours d’eau hydrauliquement significatifs.
La largeur des bandes reste fixée à 10 m sur laquelle il est impossible de retourner une prairie pour cultiver mais dorénavant il est aussi interdit d’épandre des engrais et des produits de phytoprotection ou encore de les stocker sur une largeur de 5 m.
Les surfaces concernées par cette interdiction sont estimées à environ 1 600 ha soit 0,2 % des terres labourables du Land.
Source : note du Ministère de l’Espace rural du BW – Stuttgart- 16.01.2014




Les cultures énergétiques devraient continuer leur progression en Allemagne, malgré les critiques !  -  2014/01/27

Le professeur Juergen Zeddies, de l’Université de Hohenheim, a précisé dans la revue BWagrar (44-2013) sa vision du potentiel pour les cultures vouées à la production de biomasse pour une valorisation énergétique.
En Allemagne, la surface affectée à ces plantes pourrait passer de 2.4 millions d’hectares aujourd'hui à 4 millions et jusqu'à 5.5 millions en 2030, d'après les études menées.La biomasse sera à l'avenir indispensable pour pallier les énergies fossiles. D'après le professeur Zeddies ces cultures ne nuiront pas aux besoins destinés à l'alimentation qui de toute façon seront à la baisse suite au déclin de la population allemande. Au contraire, plusieurs arguments, notamment économiques, sont en faveur de cette alternative.
Le directeur du ministère à l’agriculture (BMELV), Clemens Neumann, partage cette analyse et a souligné lors du 4ème symposium sur les plantes énergétiques à Berlin en octobre 2013 « que pour la transition énergétique, on ne peut pas compter uniquement sur la valorisation de sous-produits ou déchets ».

FNR : actes du symposium sur les plantes énergétiques en 2013




Atelier de travail transfrontalier : quel développement commercial des fruits et légumes biologiques de la région ? L’exemple des grossistes et des GMS  -  2013/12/20

Dans le cadre du projet transfrontalier LEGEM-BioRhin « développer des outils pour améliorer la compétitivité de la production des fruits et légumes biologiques de la région du Rhin supérieur », un atelier de travail est organisé à l’attention des partenaires de la filière, mardi 21 janvier 2014.
La journée est organisée par l’OPABA et les partenaires du projet LEGEM chez SODICRU à Breuschwickersheim près de Strasbourg. Le programme et le coupon d’inscription sont telechargeables ci-dessous.

Atelier LEGEM-21janv2014




concilier efficacité énergétique, préservation du climat et production d’énergie durable en agriculture   -  2013/12/13

L’ITADA en collaboration avec le Landwirtschaftliches Technologiezentrum Augustenberg (LTZ) et la Chambre d’Agriculture de Région Alsace a organisé
mercredi 13 novembre 2013
le forum transfrontalier intitulé « concilier efficacité énergétique, préservation du climat et production d’énergie durable en agriculture »
Ce forum s’adressait aux chefs d’exploitations, agronomes, conseillers et représentants des organisations agricoles et a abordé les leviers possibles pour améliorer l’efficacité énergétique et réduire les émissions de gaz à effet de serre en agriculture. Trois champs d’action étaient présentés : réduire le besoin d’énergie, augmenter l’efficacité énergétique et substituer la source d’énergie fossile par des énergies renouvelables dont essentiellement la biomasse.

Retrouver les présentations des intervenants dans le fichier pdf en ligne

Forum-ITADA-efficacité énergétique-13nov2013




Forum transfrontalier : concilier efficacité énergétique, préservation du climat et production d'énergie durable en agriculture - 13 novembre 2013  -  2013/10/15

L’ITADA en collaboration avec le Landwirtschaftliches Technologiezentrum Augustenberg (LTZ) et la Chambre d’Agriculture de Région Alsace organise un forum transfrontalier :

mercredi 13 novembre 2013 à la Chambre d’Agriculture de Schiltigheim (F)

Ce forum s’adresse aux chefs d’exploitations, agronomes, conseillers et représentants des organisations agricoles. Il abordera les leviers possibles pour améliorer l’efficacité énergétique et réduire les émissions de gaz à effet de serre en agriculture qui concernent trois champs d’action : réduire le besoin d’énergie, augmenter l’efficacité énergétique et substituer la source d’énergie fossile par des énergies renouvelables dont essentiellement la biomasse.
Des visites d’exploitations énergétiquement performantes et innovantes sont proposées l’après-midi.
Pour en savoir plus charger le flyer de la journée.

inscription en ligne

Forum-ITADA-energie-13nov2013




Fertilisation azotée du maïs : vers des apports localisés ?  -  2013/08/30

Le projet INDEE (Injection d'engrais N sous forme de Dépôt pour plus d´Efficience et moins d´Emissions dans l'environnement), cofinancé pour moitié par l’Union Européenne dans le cadre du programme INTERREG IV Rhin supérieur et soutenu par l’ITADA, vise à tester différentes méthodes d’apport d’engrais azoté plus respectueuses de l’environnement et plus performantes que les pratiques actuelles des agriculteurs.
Les partenaires d’INDEE vous proposent de visiter le site de Niederentzen (20km au sud de Colmar) consacrée à l’innovation dans la culture du maïs dans le cadre de la journée du 11 septembre organisée par la Chambre d’Agriculture de Région Alsace.
Sur ce site, vous trouverez un essai comparant trois modes d’apport de l’azote, localisé ou non, des résultats de mesures de volatilisation d’ammoniac au printemps et un dispositif de recueil d’eau dans le sol. L’outil d’injection de l’azote sous forme de dépôt sera présenté et les bénéfices attendus présentés et discutés.

Poster projet INDEE

visite essai INDEE-plateforme mäis-11septembre2013




« La consommation durable est une chance pour le Bio »   -  2013/07/22

L’Agriculture Biologique a été analysée sous les aspects de bio-économies lors du colloque du 12 juin 2013 à Hohenheim

L’Agriculture Biologique doit continuer de relever les anciens défis de la comparaison des systèmes de production avec ses équivalents conventionnels et devrait aussi exploiter les nouvelles possibilités offertes par l’orientation vers une consommation durable et les marchés de niches.
Selon le Professeur Grethe de l’Université de Hohenheim lors du colloque tenu en juin dernier, l’agriculture biologique se doit aussi de progresser au niveau de la productivité rapportée à la surface exploitée car un des arguments de ses opposants est justement la limite en surface agricole disponible.
Toutefois, le spécialiste de politique en agriculture et en alimentation a rappelé qu’il existe des alternatives à l’augmentation de l’intensification de la production et l’utilisation de terres supplémentaires telles que la sortie du soutien aux bioénergies issues de la biomasse, la moindre consommation de viande et la baisse du gaspillage en produits alimentaires.

Pour en savoir plus : Landinfo Heft 3/2013 - Bade Wurtemberg

Landinfo Heft 3/2013




Forum 18 juin 2013 « Quelle place pour les plantes riches en protéines  -  2013/05/31

L’ITADA organise un forum transfrontalier consacrée aux légumineuses à grosses graines avec la participation du Landwirtschaftliches Technologiezentrum Augustenberg (LTZ) et de la Chambre Régionale d’Agriculture Alsace,

mardi 18 juin 2013
à Orschweier, près de Lahr (D)

Ce forum s’adresse aux chefs d’exploitations, agronomes, conseillers et représentants des organisations agricoles et il comprendra plusieurs volets :
1. Les politiques mises en œuvre pour réduire la dépendance en protéines végétales en Allemagne et en France
2. Les forces et les faiblesses des cultures de légumineuses à grosses graines (approches agronomique, environnementale et économique)
3. Des exemples de valorisations locales des légumineuses non OGM dans les filières longue transformation industrielle) et courte (élevages)
4. Le transfert dans la pratique lors de la visite d’une plateforme de démonstrations avec plusieurs espèces : pois et féverole d’hiver et printemps, lupin de printemps et soja.

Présentation en fin de journée d’un outil de binage piloté par caméra embarquée et d’une démonstration au champ sur culture de soja – sur l’exploitation de JM FRIEH, à Holtzwihr (68), au nord de Colmar (si la météo le permet).

Flyer-Forum-Itada-18juin2013




seminaire transfrontalier "activités biologiques du sol" - 15 mai 2013 à Colmar  -  2013/05/22

Le séminaire organisé par l’ITADA et Alsace-Vitae avec la collaboration du LTZ au biopôle de Colmar a réuni plus d’une soixantaine de spécialistes de la fertilité du sol, chercheurs et conseillers ou encore enseignants en écoles d’agriculture.
De nombreux paramètres biologiques sont maintenant validés par la recherche mais ils restent encore peu utilisés dans la pratique. La journée a permis de tirer les premiers enseignements de l’usage de tels outils dans le cadre d’essais de comparaison de systèmes où ils enrichissent utilement le diagnostic agronomique.
Les interventions du séminaire sont rassemblées dans le pdf chargeable sous le lien suivant

Actes-séminaire-transfrontalier-15mai2013-P1

Actes-séminaire-transfrontalier-15mai2013-P2

seminaire-transfrontalier-15mai2013-am




Séminaire transfrontalier sur la microbiologie des sols à Colmar le 15 mai 2013.   -  2013/04/8

La journée qui se tiendra au Département « génie biologique » de l’IUT de l’Université de Haute-Alsace à Colmar sera organisée par l’ITADA en collaboration avec Alsace-Vitae et le LTZ.
Bien que la biologie du sol ait une importance fondamentale pour la fertilité, les paramètres biologiques sont encore peu utilisés dans le cadre de la protection des sols ou de l’évaluation pour du diagnostic agronomique.
Le séminaire qui s’adresse à des spécialistes de la fertilité du sol s’intéressera aux indicateurs d’activité biologique des sols et fera le point sur la recherche et le transfert dans la pratique dans l’espace du Rhin supérieur.
Les intéressés peuvent prendre contact avec le secrétariat de l’ITADA ou Alsace-Vitae pour en savoir plus et s’inscrire.
Marie Herth : t.: 0033 (0)3 89 80 47 14 – marie.herth@alsace-vitae.com
Hervé Clinkspoor: t.: 0033 (0)3 89 79 27 65 – itada@orange.fr
Jürgen Recknagel: t.: 0049 (0)7631 3684 50 – juergen.recknagel@ltz.bwl.de

Programme-seminaire-15mai2013-ITADA-Alsace-Vitae-LTZ




Forum de clôture du projet transfrontalier BioRhin : mardi 19 mars 2013 à Kehl  -  2013/02/11

L’Organisation Professionnelle de l’Agriculture biologique en Alsace (OPABA), les Chambres d’Agriculture d’Alsace, la SÖL et le LTZ, partenaires allemands du projet transfrontalier BioRhi’n organisent mardi 19 Mars 2013, à la Hochschule für öffentliche Verwaltung de KEHL en Allemagne, en partenariat avec l’ITADA et l’Euro-Institut, le forum de clôture du projet transfrontalier BioRhin. Le forum de clôture du projet BioRhi’n sera l’occasion de revenir sur les temps forts et les principaux enseignements des quatre années du projet transfrontalier qui s’achèvera fin mars 2013. Le projet BioRhi’n a été co-financé par l’Union Européenne via le programme INTERREG IV Rhin Supérieur, la Région Alsace, le Land du Bade-Wurtemberg et l’Etat français (DRAAF Alsace). Il a permis la mise en place d’un réseau transfrontalier d’exploitations agricoles biologiques et de nombreuses rencontres entre les acteurs et les experts de l’Agriculture Biologique dans le Rhin Supérieur.
Le projet BioRhi’n a permis d’établir des repères économiques en Agriculture Biologique pour les systèmes de production les plus répandus dans la région du Rhin Supérieur : la production laitière, la production de viande bovine et la viticulture.
Le projet a également facilité les échanges de savoir-faire entre les chefs d’exploitations. Les producteurs ont montré un très fort intérêt pour les échanges transfrontaliers d’expériences rendus possibles par le projet BioRhi’n. Au total, 14 ateliers et forums transfrontaliers complétés de 20 visites d’exploitations alsaciennes ou allemandes ont rassemblé plus de 500 participants.
Le forum de clôture du projet BioRhi’n permettra également aux acteurs de la bio d’échanger sur les perspectives d’avenir pour l’Agriculture Biologique dans le Rhin Supérieur, où la demande des consommateurs en produits alimentaires biologiques et locaux ne cesse de progresser.
Pour participer au forum merci de vous inscrire en ligne (inscription obligatoire) avant le 4 Mars 2013 sur le site www.euroinstitut.org
programme du forum à télécharger sous Forum-BioRhin-19.03.2013-Kehl
Informations complémentaires sur le projet et le forum de clôture sur www.biorhin.org

Forum-BioRhin-19.03.2013-Kehl




15 Janvier 2013 : Forum transfrontalier BioRhin : viticulture biologique dans le Rhin supérieur   -  2012/12/10

Les partenaires du projet BioRhin et l’ITADA organisent un forum transfrontalier mardi 15 janvier 2013 qui sera consacrée à la viticulture biologique dans l’espace du Rhin Supérieur.
La première partie de la journée qui se tiendra à la Chambre d’Agriculture du Haut-Rhin à Ste Croix-en-Plaine, sera consacrée à la présentation de l’analyse comparée sur 3 années des performances économiques du groupe d’exploitations du projet BioRhin et des principaux enseignements que l’on en retire.
La seconde partie de la manifestation sera l’occasion d’aborder les stratégies de développement commercial pour les vins biologiques produits dans la région du Rhin supérieur avec la comparaison des approches de plusieurs metteurs en marché alsaciens et allemands.
La journée s’achèvera par la visite de la cave coopérative de Ribeauvillé et du domaine Sylvie Spielmann à Bergheim.
L’inscription préalable des participants est obligatoire à l’aide du coupon téléchargeable ci-dessous.

forumBioRhin-viticulture bio_programme

Forum_BioRhin-viticulture_bio_inscription




Forum BioRhin : élevage laitier biologique et filières de commercialisation dans le Rhin supérieur  -  2012/12/07

Un forum transfrontalier consacré à l’élevage laitier biologique et aux filières de commercialisation dans le Rhin supérieur a réuni une cinquantaine de personnes sur le site de la Hochburg, centre de formation agricole à Emmendingen, au nord de Freiburg.
La journée était organisée dans le cadre du projet BioRhi’n (www.biorhin.org) soutenu par le programme européen INTERREG IV Rhin-Supérieur, projet qui s’intéresse à l’efficacité économique des systèmes de production en agriculture biologique.
En première partie de journée, les résultats du groupe d’exploitants ont été commentés par Harald Rasch de Bioland qui a mis en relief de meilleures productivités et des prix plus élevés en Allemagne, permettant à de plus petites structures de faire jeu égal en revenu avec des exploitations plus grandes. Les filières de commercialisation en place dans le Rhin supérieur pour le lait biologique ont ensuite été abordées avec des focus sur les coopératives laitières Unicoolait en Alsace du Nord et Schwarzwaldmilch pour la Forêt Noire.
La seconde partie de la journée consistait en un podium de discussions sur le métier d’éleveur biologique depuis l’exploitant livreur pour la filière longue jusqu’au transformateur qui valorise tout son lait en fromage en filière courte sur les marchés locaux et en vente à la ferme.
La journée s’est achevée par la visite de l’exploitation du domaine de l’école qui est en AB depuis 1995 et comprend 75 vaches laitières, 350 chèvres laitières et 2 200 poules pondeuses.

Plus d'info = telecharger les documents

Forum BioRhin-5dec2012-Unicoolait

ForumBioRhin-5dec2012-Schwarzwaldmilch

FourmBioRhin-5dec2012_Performances-economiques




« Localiser l’azote pour mieux fertiliser » : plus d’une centaine de participants au forum transfrontalier de Freiburg !  -  2012/11/27

Les partenaires du projet INDEE (Injection d’engrais N sous forme de Dépôt pour plus d’Efficience et moins d’Emissions dans l’environnement) et l’ITADA organisaient un forum transfrontalier mercredi 21 novembre 2012 à Freiburg im Breisgau (D) consacré à la fertilisation azotée localisée principalement sur la culture de maïs prépondérante dans la plaine du Rhin.
Cette journée transfrontalière a comporté trois parties :
1. Le rappel des enjeux environnementaux, agronomiques et économiques liés à la fertilisation azotée des cultures.
2. L’approche scientifique et pratique des avantages de la fertilisation localisée mais aussi des freins à son développement, avec un focus sur la méthode de fertilisation « CULTAN » (Controled Uptake Long Term Ammonium Nutrition).
3. La présentation des nombreux résultats déjà obtenus en Allemagne avec la méthode CULTAN sur cultures de maïs mais aussi de céréales à paille (blé d’hiver et orge de printemps), colza, betterave à sucre et pomme de terre.
Les échanges entre les différents spécialistes de la fertilisation azotée des cultures et les conseillers et exploitants agricoles réunis ce jour-là ont permis de mesurer l’intérêt porté à l’innovation dans un domaine clé de la réduction des impacts climatiques et du maintien de la rentabilité de notre agriculture.

Forum ITADA-INDEE-21.11.2012_partie1

Forum ITADA-INDEE-21.11.2012_partie2

Forum ITADA-INDEE-21.11.2012_partie3




Forum transfrontalier : localiser l’azote pour mieux fertiliser  -  2012/10/19

Les partenaires du projet INDEE (Injection d’engrais N sous forme de Dépôt pour plus d’Efficience et moins d’Emissions dans l’environnement) et l’ITADA organisent un forum transfrontalier le mercredi 21 novembre 2012 à Freiburg im Breisgau (D).
La thématique abordée concernera la fertilisation azotée localisée principalement sur le maïs mais aussi les cultures de céréales, betterave à sucre et pomme de terre.
Cette journée transfrontalière aura lieu au Regierungspräsidium de Freiburg avec des intervenants allemands et français. Elle sera l’occasion de présenter les travaux engagés dans le cadre du projet INDEE mais aussi de mieux mesurer l’importance des enjeux environnementaux et économiques de la fertilisation injectée dans le sol.
A cette occasion, différents spécialistes de la fertilisation des cultures présenteront un état détaillé des connaissances sur les apports localisés et notamment des acquis concernant la méthode de fertilisation « CULTAN » (Controled Uptake Long Term Ammonium Nutrition) testée depuis plusieurs années en Allemagne.

Programme et coupon inscription à télécharger

Programme forum transfrontalier localiser l'azote pour mieux fertiliser




Les captures de chrysomèles de maïs s'accélèrent  -  2012/08/27

Début août, on se félicitait encore du nombre réduit de captures d’adultes de chrysomèles dans les pièges installés en plaine rhénane. Mais si le nombre total de prises reste inférieur à celui de 2011, le vol s’est furieusement accéléré ces derniers temps.
Au 27 août, en Bade-Wurtemberg, on approche ainsi des 5 000 captures sur les territoires des Regierungspräsidium de Freiburg et Karlsruhe contre seulement 1 300 au 8 août.
Les Landkreis les plus concernés sont ceux d’Emmendingen et de Breisgau-Hochschwarzwald.
Les suivis en Bavière indiquent en revanche des contaminations moins fortes avec seulement 130 captures signalées au 23 août.
En Alsace, les captures restent également bien moins nombreuses que de l’autre côté du Rhin avec un total d’environ 800 prises au 25 août.

Source : Regierungspräsidium Freiburg et DRAAF Alsace




Plus de 4 000 ha de maïs semences en pays de Bade (un record) mais un marché qui s’annonce tendu pour les approvisionnements en semences   -  2012/08/17

Malgré une nette progression des surfaces de production de semences de maïs en 2012, il faut s’attendre à une tension sur le marché des semences. En effet, un contexte de prix du maïs grain élevé et une demande exceptionnelle en doses de semences au printemps 2012 suite aux gelées hivernales, ont réduit très fortement les stocks. Malgré des surfaces importantes en production de semences en 2012 dans l’Union Européenne : 68 000 ha en France, 34 000 en Hongrie, 26 000 ha en Roumanie, 4 000 ha en Allemagne du sud et 28 000 ha en Ukraine, la sécheresse estivale qui a sévi en Europe centrale sera responsable d’une récolte plus faible qu'espéré.
En Allemagne, malgré une augmentation constante des surfaces de multiplicationde semences de maïs (2700 ha en 2003 et 3 926 ha en 2011), les 4 000 ha quasiment tous situés en plaine rhénane sud, sont largement insuffisants pour approvisionner les besoins du marché intérieur qui reste dépendant des importations pour environ 80 %.

Source : agrarheute.com




Fertilisation du maïs : injecter l'engrais azoté dans le sol pour plus d'efficacité   -  2012/07/24

Le projet transfrontalier INDEE « Injection d’engrais N sous forme de Dépôt pour plus d’Efficience et moins d’Emissions dans l’environnement » a débuté au printemps 2012.
La comparaison de différentes méthodes de fertilisation sur la culture de maïs se fait sur 6 sites d’expérimentations en place en 2012 en Alsace (2), en Bade-Wurtemberg (2) et aussi en Rhénanie-Palatinat (2). Le projet réunit 10 partenaires et bénéficie du soutien de l’Union Européenne via le programme INTERREG IV Rhin Supérieur.
Plus d'informations : télécharger le flyer

F-Flyer Projet INDEE




Nouveauté dans le programme agro-environnemental PAULa en Rhénanie-Palatinat : rotation diversifiée en productions végétales   -  2012/06/21

Une nouvelle mesure incite à l’élargissement des successions culturales avec un minimum de 5 types d’espèces de cultures, dont la part de chacune peut atteindre au minimum 10 % et au maximum 30 % de l’assolement. La part de légumineuses doit atteindre un minimum de 8 %. La mesure est contractualisée pour une durée de 5 ans (2013-2017) et fait l’objet d’une prime annuelle de 45 €/ha.
Cette mesure est facile à satisfaire pour les exploitations en agriculture biologique qui peuvent y souscrire en plus du contrat « PAULa-Öko ».
L’objet des mesures du programme est le développement d’une agriculture durable et le maintien des paysages cultivés en Rhénanie-Palatinat. Avec le programme Agro-Environnemental PAULa mis en oeuvre en 2007, les objectifs poursuivis sont :
- Maintenir les paysages agricoles par une activité agricole si possible sur tout le territoire
- Mise en oeuvre de mesures en faveur de la préservation des ressources biotiques
- Développer une production agricole respectueuse de l’environnement via des pratiques spéciales et contrôlables
- satisfaire les attentes des consommateurs vis-à-vis de produits alimentaires de haute qualité et en même temps favorables à l’environnement


Pour en savoir plus (site rlp)




Produire et commercialiser des grandes cultures biologiques dans le Rhin-Supérieur   -  2012/04/10

L’ITADA , l’OPABA et les partenaires du projet BioRhi’n organisent le 22 Mai 2012 à Eichstetten près de Freiburg, un forum transfrontalier d’information sur les potentiels des marchés des grandes cultures biologiques et les filières de transformation.
L’objectif de cette journée est d’informer et convaincre les producteurs conventionnels et biologiques ainsi que les organismes collecteurs de la réalité des opportunités et des débouchés commerciaux pour les céréales et les oléoprotéagineux biologiques dans le Rhin-Supérieur. Ce sera l’occasion d’un tour d’horizon des filières et des marchés régionaux pour ces cultures en Alsace, en Bade-Wurtemberg, en Rhénanie-Palatinat et en Suisse. Les voies de commercialisation et de valorisation possibles seront présentées avec des cas concrets d’exploitations grandes cultures biologiques du Rhin supérieur Une table ronde réunira des représentants des principaux organismes collecteurs-transformateurs présents dans le Rhin-Supérieur.
Deux visites prévues au programme Des visites de structures de collecte et de transformation sont prévues sur le secteur au cours de l’après-midi : le distributeur régional spécialisé en produits biologique Rinklin Naturkost à Eichstetten et le moulin Dachswanger Mühle à Umkirch.
Plus d'info : tel : 03 89 79 27 65 - Email : itada@orange.fr
Invitation et programme:

Forum_ITADA_BioRhin_22mai2012




semaine des alternatives aux pesticides en Alsace du 16 au 25 mars 2012  -  2012/03/6

Comme chaque année, les Missions Eau organisent la Semaine des Alternatives aux Pesticides en Alsace avec de nombreux partenaires. Plus d'une cinquantaine de manifestations se dérouleront du 13 au 30 mars, à destination des professionnels et particuliers. Marches découverte, conférences, ateliers et formations, spectacles, projections de films, il y en aura pour tous les publics et tous les goûts ; la plupart des manifestations sont en accès libre. programme détaillé sous www.mission-eau-alsace.org

Mission eau en Alsace




Quelle part atteint l’électricité renouvelable dans notre pays ?   -  2012/02/10

En France, la structure de production de l’électricité n’a guère évolué ces dernières années et depuis les années 90 l’électricité nucléaire représente toujours environ les ¾ de la production nationale. La part d’électricité renouvelable oscille entre 12 et 15 % du total. L’hydraulique représente encore environ 80 % du total d’ER malgré l’apparition d’un mix d’énergies renouvelables dont le pilier essentiel est l’éolien. Le reste est composé du photovoltaïque, de la biomasse et de la géothermie.
Comparaison rapide entre voisins de la part de production électricité renouvelable en 2010 :
• 57 % en Suisse
• 20 % en Allemagne
• 15 % en France
• 73 % en Autriche

Source : revue energia (CH)




Protéagineux dans le Rhin supérieur : la campagne 2011 a été marquée par la sécheresse exceptionnelle du printemps responsable des mauvais rendements   -  2012/01/16

Les surfaces en cultures de protéagineux (pois, féveroles et lupins) déjà assez modestes dans le bassin du Rhin supérieur (220 ha en Alsace et 4500 ha en Bade Wurtemberg en 2011) vont encore se réduire en 2012 suite aux mauvais rendements de 2011. Les pois et féveroles ont été exposés au printemps dernier au déficit hydrique pendant la phase sensible floraison – formation des gousses et les conséquences sur les rendements ont été sévères : (rendement moyen de 27 q/ha en Alsace et de 32 q/ha en Bade Wurtemberg).
Les prix qui restent finalement assez moyens en comparaison au blé (différentiel de 20 à 40 €/t) conjugués aux faibles rendements ne permettent pas aux protéagineux d’être économiquement compétitifs vis-à-vis des autres grandes cultures.
L’aide mise en place par l’Union Européenne (prime de 55,57 €/ha pour 2011) prend fin en 2012 ce qui va encore contribuer à diminuer l’intérêt économique de ces cultures. En France, il existe une aide supplémentaire de 140 €/ha en 2011 (aide issue d’une enveloppe de 39 millions d’euros, spécifique à la France). L’aide nationale maintenue en 2012 devrait même progresser légèrement étant donné les perspectives de semis en nette réduction.
En Bade-Wurtemberg, les producteurs ne peuvent tabler que sur l’aide indirecte de MEKA (programme agro-environnemental du Bade Wurtemberg) de 75 €/ha attribuée aux surfaces répondant à la mesure de diversification des assolements (la légumineuse doit couvrir au minimum 5 % des surfaces). A noter que 46 % des surfaces cultivées du Land sont en Agriculture Biologique.

Sources : DRAAF Alsace, UNIP, LTZ




Les cultures de biomasse proches de 2,3 millions d’hectares en Allemagne  -  2011/12/12

Les surfaces de cultures allemandes à vocation énergétique ou industrielle atteignent 2 282 500 ha en 2011. Ceci correspond à environ 19 % des surfaces labourables.
Les cultures énergétiques continuent de progresser pour atteindre 1,96 Millions d’ hectares, En un an, le maïs pour la production de biogaz augmente de 150 000 ha et les cultures pour le bioéthanol de 10 000 ha.
Même si la culture de colza énergétique diminue légèrement (- 30 000 ha), elle reste largement la culture non alimentaire la plus développée en Allemagne avec 910 000 ha en 2011 devant le maïs.
Rappelons que plusieurs études ont montré que l’objectif de couverture de 25 % de l’énergie primaire nationale à partir de la production de biomasse dans le pays pourrait être atteint dès 2050 avec une surface de cultures énergétiques d’environ 4 millions d’hectares.

plus d'info: site transfrontalier inaro.itada.org




les cultures énergétiques pour production de biogaz  -  2011/09/13

Le nombre d’installations de méthanisation en Bade Wurtemberg a encore fortement progressé ces dernières années pour dépasser les 700 installations fin 2010 (+ 150 depuis début 2009) correspondant à une puissance électrique installée de plus de 200 000 kW.
La région sud-est du Land concentre la plus grande partie des unités de méthanisation. Un grand nombre d’entre elles utilisent une forte part de déjections animales (lisier ou fumier) afin de bénéficier du bonus (+ 3,92 cent/kWh) pour l’utilisation de lisier (= au minimum 30 % du mixte en substrats) mais les grandes installations (> 500 kWé) voire les très grandes installations avec purification du biogaz pour injection du biométhane dans le réseau public n'utilisent que peu ou pas de déjections animales mais ont recours massivement à l’ensilage de maïs.
Toutes ces installations représentent un besoin annuel d’environ 3,7 millions de tonnes de biomasse à l'échelle du Land...
Le LTZ Augustenberg organisera un nouveau workshop sur le thème de la biomasse végétale pour la production de biogaz. le jeudi 6 octobre 2011 à Karlsruhe. La journée aura pour objet principal le "maïs et ses alternatives pour la production de biogaz" et fera l'objet d'interventions puis de visite des essais de la station du LTZ à Forchheim (sud de Karlruhe).
Nul doute que la journée fera l'objet de débats intéressants entre "pro und kontra Mais"

Inscription par eMail : anmeldung@ltz.bwl.de
Frais d’inscription : 15 €
www.ltz-augustenberg.de




Forum transfrontalier : produire des grandes cultures sans élevage en plaine du Rhin supérieur  -  2011/05/30

La demande en produits issus de l’agriculture biologique et de proximité progresse constamment dans le Rhin supérieur. Si l’offre en vins et en lait biologiques issue de nos régions s’est bien développé ces dernières années, la production de céréales biologiques plafonne faute d’un courant de conversion suffisant. Un des freins au passage à l’AB reste souvent l’absence d’élevage en plaine du Rhin et le manque d’apports d’effluents d’élevage.
L’ITADA a donc décidé avec les partenaires engagés dans le projet BioRhi’n (voir flyer ci-joint) de consacrer une journée à la présentation de références sur de tels systèmes, à la comparaison des systèmes d’accompagnement mis en place et à la visite d’une exploitation purement céréalière en plaine rhénane.
Le coupon d’inscription au forum transfrontalier du 21 juin 2011 et le programme détaillé de la journée sont inclus dans l’invitation téléchargeable

ITADA-forum-21juin2011-Muellheim

projet BioRhin-lettre info2




Alexander BONDE, nouveau ministre de l’agriculture en Bade Wurtemberg  -  2011/05/13

Le nouveau Ministre-Président, Monsieur Winfried KRETSCHMANN a fait connaître les membres de son gouvernement.
Le nouveau Ministre du MLR – Ministère de l’Espace rural et de la protection du consommateur est Monsieur Alexander BONDE – agé de 36 ans- né à Freiburg- élu depuis 2002 dans le Kreis d’Emmendingen/Lahr - sous la bannière Bündnis 90/Die Grünen. Il habite dans le nord-Schwarzwald près de Freudenstadt. En sa qualité d’élu vert sur un territoire rural, il était depuis 2008 le porte parole des Grünen pour l’agriculture et la protection du consommateur à la commission des budgets au Bundestag.
source : BW Agrar et Badische Bauern Zeitung




Forum transfrontalier : valorisation des marcs de raisins et des lies - à Colmar le 14 avril 2011  -  2011/03/21

Cette journée est organisée communément par l’Association des Viticulteurs d’Alsace (AVA), l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) et l’Institut Transfrontalier d’Application et de Développement Agronomique (ITADA).
Elle fera le point sur les réglementations et les différentes possibilités de valorisation de ces produits en France, en Allemagne et en Suisse. Elle sera notamment l’occasion de présenter les applications actuelles mais aussi les perspectives en cours de développement.

Inscription préalable indispensable : ITADA - 0033 (0)3 89 79 27 65 ou itada@orange.fr

Forum_Transfrontalier_Viticulture_2011




Fertilisation du blé d’hiver par dépôt localisé d’azote sous forme ammonium  -  2010-11-19

L’Université de Hohenheim (près de Stuttgart) a travaillé plusieurs années sur la fertilisation par dépôt d’ammonium sur culture de blé. Celle-ci a été comparée aux apports d’azote traditionnels fractionnés. Les résultats indiquent que les rendements ont été en moyenne aussi bons avec une fertilisation de dépôt en une seule application qu’avec une fertilisation de surface et fractionnée.
La réduction de 20 % de la quantité d’azote a par contre conduit à des baisses de rendement et de la teneur en protéines significatives.
L’application d’azote localisée devrait intervenir suffisamment tôt, dès le tallage, pour les variétés qui demandent des densités d’épis importantes pour exprimer leur meilleur potentiel.

fertilisation-dépot-ammonium-poster-essais-universite-hohenheim-blé




Forum ITADA   -  2010-10-21

le prochain forum transfrontalier de l'ITADA aura lieu mardi 9 novembre 2010 dans le sud du pays de Bade à Efringen-Kirchen (situé le long du Rhin entre Müllheim et Basel) et s'intitule : " améliorer l'efficacité énergétique de l'exploitation agricole dans le Rhin supérieur " . A cette occasion, des spécialistes français, allemands et suisse nous présenterons les politiques engagées pour une réduction de la consommation énergétique en agriculture de part et d'autre du Rhin ainsi que les résultats de premières études locales donnant des pistes de bonnes pratiques et d'investissements pertinents en matière d'économie d'énergie et de réduction des émissions de gaz à effet de serre. La journée se terminera par la visite de deux exploitations : horticole et grandes cultures+viticulture

forum_performance_energetique_exploitation_agricole




résultats essais CULTAN en plaine du Rhin  -  2010-09-09

La méthode fertilisation azotée CULTAN qui consiste en une injection localisée d’azote pour partie sous forme d’ammonium, intéresse de plus en plus de monde en Allemagne : en 2010, on estime le développement de CULTAN à environ 70 à 100 000 ha avec 44 à 50 machines à injection en service.
Pour l’instant, la pratique s’est surtout développé dans le nord(est du pays sur des cultures de céréales et des sols plutôt légers ou une sécheresse précoce handicape souvent les pratiques de fertilisation classiques d’application de surface.
En plaine du Rhin, les essais conduits sur maïs et pomme de terre (voir document téléchargeable) sont encourageants et semblent confirmer que l’application de l’intégralité de l’azote par injection en dépôts localisés au moment du semis ne conduisait, à dose égale d’azote apportée, à aucune perte de rendement ou de qualité des récoltes vis à vis d’un mode de fertilisation classique (urée en végétation).
L’impact positif sur les pertes de nitrates par lessivage ne semble en revanche pas aussi systématique qu’espéré mais il conviendrait sans doute de mieux moduler la dose totale apportée.

Résultats d'essais dans le document : Esaais CULTAN en plaine du Rhin

Esaais CULTAN en plaine du Rhin




Planète : méthode pour un bilan énergétique de l'exploitation agricole à l'honneur en Allemagne  -  2010-08-12

Landenergie, partenaire des cercles de machinisme agricole et la revue Joule ont attribué le premier prix du concours national concernant l’économie d’énergie en agriculture à l’école d’agriculture de Donaueschingen pour la sensibilisation des futurs exploitants agricoles et l’enseignement de l’usage d’une méthode de bilan énergétique permettant de pointer les points forts et faibles.
M Bücheler, enseignant à l’école est à l’origine de travaux pratiques d’évaluation des performances énergétiques des exploitations à l’aide de la méthode française PLANETE (produit SOLAGRO) qui a été traduite en allemand et testée par l’ITADA dans le cadre d’un travail de fin d’études d’un élève ingénieur voici 3 ans.

Vidéo




Le cap des 5000 méthaniseurs agricoles est franchi en Allemagne  -  2010-07-16

En Allemagne, le nombre des installations de méthanisation à la ferme dépasse le nombre de 5 000 pour une production d’environ 2 000 MégaW. Le Bade Wurtemberg, avec 612 installations de biogaz agricoles et une production de 162 MW est en troisième position après la Basse saxe (950 inst./439 MW) et la Bavière (1691 inst./424 MW).
Le syndicat spécialisé des producteurs de biogaz table sur 5 700 méthaniseurs agricoles à la fin de 2010 ce qui devrait amener la production à 2 200 MW. Si la taille moyenne des installations était de 500 kW en 2009, celle-ci devrait en revanche descendre à 430 kW en 2010 ce qui est à relier à l’instauration du « bonus lisier » et du regain de rentabilité pour de petites installations. Malgré une utilisation du lisier en progression, une nouvelle augmentation des surfaces de maïs ensilage 12% destinées au biogaz est encore enregistrée pour atteindre globalement 1,86 Millions d’hectares.
Les Landkreiss de Biberach et Ravensburg (sud-est du Land) sont parmi ceux qui possèdent la plus forte concentration de méthaniseurs agricoles(plus de 40). A partir d’une occupation d’environ 10 % de la surface agricole utile, un conflit d’usage apparaît avec l’élevage qui toutefois devrait être évité par des combinaisons intelligentes de cultures renouvelables et de déjections animales pour une production d’énergie efficiente.
D’ici la fin 2010, on compte sur 70 installations d’injection de biogaz purifié dans le réseau du gaz naturel. Pour atteindre ses objectifs de 2020, l’Allemagne devra cependant voir chaque année se mettre en activité 120 nouvelles installations de ce type.




Marché du lait bio allemand : l’écart de prix avec le conventionnel est sous pression   -  2010-07-07

Après une croissance du marché du lait bio très rapide (plus de 20 % par an) ces dernières années et la tension sur l’approvisionnement qui en résultait, il semble que le marché soit en cours de stabilisation ce qui produit une plus forte compétition entre les laiteries.
Le prix moyen du lait bio constaté en Allemagne ce printemps était de 0,392 €/kg (départ à la ferme – 4,2 de MG et 3,4 de matières protéiques) ce qui donnait en moyenne un complément de prix d’environ 11,6 cts/kg vis à vis du lait conventionnel. Certaines laiteries (en Bavière par ex.) ont récemment réduit le prix payé au producteur de 0,5 à 1,5 cent/kg. Certains experts pondèrent la situation et expliquent que les stocks restent bas et que la production n’augmente plus très vite et que cet ajustement des prix serait plus des cas isolés, conséquence de la compétition sur le marché entre laiteries et la condition du maintien du référencement auprès de certains distributeurs.
A noter que pour soulager la pression sur les prix les responsables des laiteries allemandes semblent tabler sur la demande du marché français qui importerait en 2010 pour satisfaire la demande nationale.

Source DLZ Agrarmagazin – Juin 2010




Visite des essais Bio du LTZ à Muellheim mercredi 30 juin après-midi  -  2010-06-22

L'ITADA organise une visite des essais rotations longue durée sans apports de déjections animales et comparaisons variétales de protéagineux (pois, féverole, lupin, soja) en Agriculture Biologique du LTZ à Muellheim (www.ltz-augustenberg.de)le mercredi 30 juin 2010. Rendez-vous est donné à 14h15 après le pont sur le Rhin de Chalampé, côté D, sur le Parking à côté de l'A5. Détail sur document pdf ci-joint




Patrimoine génétique du feu bactérien décrypté  -  2010-06-21

Le patrimoine génétique de l'agent provoquant le feu bactérien, Erwinia amylovora, la maladie des fruits la plus célèbre au monde, vient d'être décrypté par des chercheurs de l'institut suisse Agroscope Changins-Wädenswil (ACW).
Des gènes qui pourraient influencer la survie et la virulence ont été identifiés. La découverte de points faibles pourrait contribuer au développement de nouvelles stratégies de lutte contre le feu bactérien et de sélection de variétés tolérantes.

Communiqué Agroscope




La diversité des assolements aidée en France et en Allemagne  -  2010-06-04

En France, en 2010, une aide à la diversification de l’assolement peut être demandée sur le formulaire «demandes d’aides» du dossier PAC. Cette aide existe déjà depuis plusieurs années en Bade Wurtemberg dans le cadre du programme MEKA (III) de mesures agro-environnementales volontaires.
En France, il faut que les grandes cultures couvrent au moins 70% de la SAU et l’ensemble de la surface de l’exploitation est engagé. La culture la plus importante doit couvrir au maximum 45 % de la sole cultivée et chaque culture doit au moins atteindre 5 %. Les 3 cultures les plus représentées et le gel annuel ne doivent pas dépasser 90 % de la sole cultivée. Cela revient à exiger au moins 4 cultures différentes en plus du gel. Il n’est pas possible d’additionner les surfaces de différentes cultures par ex. de protéagineux et/ou oléagineux. Les différents types de gel sont considérés comme une seule culture.
En BW, il faut au moins 4 cultures, chacune représentant au moins 15 % de la sole cultivée et la culture de maïs ne pouvant excéder 40 %. Les surfaces en gel comptent comme une culture mais ne sont pas éligibles au soutien. Il n’y a pas de limite minimale ou maximale pour l’engagement de l’exploitation.
L’aide en France est de 25 €/ha contre seulement 20 €/ha en Bade Wurtemberg. L'engagement en France porte sur la seule année 2010 alors que dans le cadre de MEKA l'engagement se fait sur 5 ans.




Une aide supplémentaire aux protéagineux en France et pas en Allemagne.  -  2010-05-11

L’effet espéré de la mise en place de la nouvelle aide aux protéagineux (pois, féverole, lupin doux) semble avoir été atteint en France où les surfaces bondissent en 2010 de plus de 50 %. Ainsi, selon les estimations du service des statistiques du Ministère de l’Agriculture, les pois atteindraient environ 186 000 ha et la féverole 119 000 ha. Cette progression se ferait essentiellement au détriment de l’orge de printemps et du maïs ou encore du sorgho. L’aide est aussi possible pour les nouvelles surfaces de légumineuses fourragères à base de luzerne, trèfle et sainfoin mais seulement pour une campagne. Une enveloppe de 40 millions d’euros (dont 39 pour les protéagineux) est destinée au financement de ce soutien pour la campagne 2010. Le montant de l’aide prévue est de 150 €/ha avec l’application d’un stabilisateur de dépassement sur la base des surfaces de demandes d’aide.
La demande d’aide se fait sur le formulaire « demandes d’aides » du dossier PAC 2010. Cette aide peut se cumuler avec la prime aux protéagineux (55,57 €/ha) qui existait déjà en 2009.
Du côté allemand, une telle aide directe couplée réclamée par l’UFOP (Union pour le Développement des plantes oléo-protéagineuses) n’a finalement pas été retenue au niveau national. Certains Länder ont toutefois décidé de mieux soutenir les cultures protéagineuses au titre de leurs avantages environnementaux dans le cadre de programmes de mesures agro-environnementales, (programme PLANAK). Dans ce cas précis, la mesure qui est intitulée « assolement diversifiée avec au moins 10 % de légumineuses » engage sur 5 années et prévoit un soutien à hauteur de 75 €/ha.




Production de biogaz en plaine rhénane  -  2010-04-30

Bade Wurtemberg : Création d’une communauté d’intérêt « grüne Eule » par les agriculteurs livreurs de substrat pour l’installation de production de biogaz de Badenova à Bremgarten (au sud de Freiburg).
Les exploitants regroupés se trouvent dans un cercle d’environ 10 km autour de l’installation de production de biogaz. Les CUMA (Maschinen Ringe) de Breisgau et de Markgräferland sont également adhérentes de cette organisation dont les objets principaux sont d’organiser la logistique des chantiers de récolte et de livraison de substrats et d’assurer une représentation commune vis à vis de Badenova. En 2010, la biomasse d’environ 150 ha, principalement de maïs, sera livrée selon un contrat d’engagement annuel. Par la suite, les contrats devraient porter sur 3 années d’engagement avec un prix qui tiendra compte de l’évolution du prix sur les marchés du pétrole et des céréales.

Source : BBZ 10/04/2010




Les cultures de soja et de sorgho progressent en plaine du Rhin supérieur  -  2010-04-01

Les obligations de lutte contre la chrysomèle (stratégie d’éradication ou de cantonnement) obligent de nombreux exploitants à se tourner vers des productions alternatives au mais. Parmi les cultures possibles, le sorgho et le soja, bien que limitées par les débouchés actuels offrent une alternative possible.
Ainsi, on peut estimer qu’en 2010, dans le Rhin supérieur, les surfaces avoisineront pour le soja les 1800 ha (1200 en Alsace et 600 en Pays de Bade) et les 800 ha en sorgho (600 ha en Alsace et 200 ha en Pays de Bade).
Les organismes économiques engagés dans ces filières encore qualifiées de niche sont principalement en Alsace pour le sorgho les Etablissements Gustave-Muller et pour le soja la Coopérative Agricole de Céréales et en Pays de Bade pour le sorgho le négoce AGI et la coopérative ZG pour le soja.
En complément de ces opérateurs pour les productions conventionnelles, il faut citer les productions de soja biologique (300 ha en Pays de Bade et 100 ha en Alsace) pour la société Life-Food installée à Freiburg.




Chrysomèle : indemnisation des conséquences financières des mesures de lutte obligatoire  -  2010-03-17

Les exploitants alsaciens peuvent faire une demande d'indemnisation du préjudice financier occasionné par les mesures obligatoires de lutte engagées en 2009, à savoir :
- les effets des rotations imposées en 2009 suite aux arrêtés préfectoraux 2007 et 2008
- les traitements adulticides réalisés en 2009
- les traitements larvicides imposés au semis 2009 et 2010
L'indemnisation sera de :
- dans les zones focus de 100 % des traitements et de pertes de marges suite à la rotation
- dans les zones de sécurité de 40 % du coût des traitements et de 80 % des pertes de marge subies
Plafonds appliqués : 80 €/ha traité au semis contre les larves et 75 €/ha par passage de traitement insecticide en végétation contre les adultes.
Les montants d'indemnisations de pertes de marges seront pour 2009 de 250 €/ha pour les surfaces de mais en sec et de 350 €/ha pour les surfaces irriguées.
Les indemnités seront versées à l'automne 2010.

Plus d'info sur le site de la Chambre du Bas-Rhin

Plus d'info sur le site de la Chambre du Haut-Rhin




Rudolf Köberle nouveau ministre de l'agriculture du Bade Wurtemberg  -  2010-03-01

Dans le cadre du remaniement du gouvernement du Bade Wurtemberg, Rudolf Köberle devient le nouveau ministre de l'espace rural, de l'alimentation et de la protection du consommateur. Peter Hauk, son prédécesseur, devient le Président de la fraction du CDU au Landtag à la suite de Stefan Mappus désormais Président du Land BW.




seminaire ITADA   -  2010-01-12

Le prochain séminaire transfrontalier de l'ITADA se tiendra le 4 février 2010 à la Chambre d’Agriculture du Bas-Rhin à Schiltigheim (près de Strasbourg).
La journée sera consacrée au thème « réduire l'usage des produits phytosanitaires en agriculture tout en assurant une protection des cultures fiable et durable ».
A cette occasion, des spécialistes français, allemands et suisses feront le point sur les politiques engagées pour une meilleure maîtrise de l'usage des produits phytosanitaires de part et d'autre du Rhin et les leviers disponibles pour atteindre les objectifs seront détaillés et discutés.

Pour accéder au programme détaillée et à la fiche d’inscription Seminaire_ITADA_reduction usage des produits phyto en agriculture
L'inscription préalable est obligatoire.

programme et coupon inscription




vote en ligne du logo biologique européen  -  2009-12-14

Rejoignez le jury et contribuez à façonner le paysage de l’agriculture biologique !
L'union européenne vous souhaite la bienvenue sur le vote officiel en ligne pour déterminer qui mérite la palme de la création ?
Le vote en ligne pour choisir le logo pour l’agriculture biologique européen parmi 3 propositions est ouvert jusqu’au 31.01.2010.

lien vers vote en ligne




Changement dans la lutte contre la chrysomèle du maïs en Bade Wurtemberg  -  2009-10-13

De nouvelles dispositions réglementaires viennent d’être arrêtées dans les Landkreis (l’équivalent de Cantons) d’Emmendingen et de l’Ortenaukreis, où de nombreux points de captures ont été révélés cet été le long de l’autoroute A5. Elles concernent l’ensemble de ces territoires (hormis les vallées transversales de la Forêt noire) qui deviennent des zones de confinement.
A partir de 2010, l’obligation de rotation est introduite et pour une même parcelle, on a le choix entre un maïs tous les 2 ans ou bien 2 maïs sur trois ans. Cependant la règle de la ro-tation ne concerne que la plaine rhénane qui est la zone traditionnelle de culture de maïs.
Pour un choix de rotation biannuelle (50 % de maïs), la lutte contre l’insecte n’est pas obligatoire. Mais pour celui qui choisit de cultiver du maïs 2 ans de suite, il est obligatoire la seconde année de réaliser un traitement contre les larves ou bien contre les adultes.
Sur la commune de Hugsweier (près de Lahr) qui reste une zone focus, les cultures de maïs en place en 2009 comptent comme première année pour la rotation. Pour les parcelles non cultivées en maïs en 2009 dans cette zone focus et pour le reste du territoire du Kreis, la rotation commence avec l’année 2010. Pour toutes les parcelles où l’on a piégé de la chrysomèle cette année, la culture du maïs est interdite en 2010. Ceci est réglé par des décrets individualisés et peut s’appliquer aussi aux parcelles voisines (au total 150 ha). La production de maïs semences en monoculture reste autorisée à la condition d’engager chaque année une lutte contre les larves et les adultes.
Pour les deux autres Kreis (Lörrach et Konstanz) où l’on a retrouvé seulement quelques adultes, les dispositions restent celles de l’éradication selon les règles valant pour les zones focus et de sécurité.
Les pertes économiques occasionnées par la rotation obligatoire restent á la charge des ex-ploitants agricoles (perte de marge brute estimée à environ 200 €/ha pour un blé vis à vis du mais). De même les mesures de lutte chimique ne font pas l’objet de compensations financières.

Pour en savoir plus

Textes des arrêtés (D)




méthode de fertilisation azotée CULTAN  -  2009-10-02

Alors que quelques agriculteurs et conseillers alsaciens commencent à s’intéresser à cette méthode de fertilisation localisée, l’ITADA a organisé en juin dernier une rencontre avec les responsables des essais conduits sur CULTAN et les agriculteurs entrepreneurs qui s’impliquent dans ces tests dans leurs parcelles en Bade Wurtemberg.
Pour en savoir plus, cliquer sur le lien ci-dessous. CULTAN




Forum transfrontalier : les agrocombustibles ont-ils de l'avenir dans le Rhin supérieur ?  -  2009-08-07

Les actes du forum ITADA consacré aux cultures énergétiques pérennes, miscanthus et taillis de très courte rotation, sont disponibles dès à présent. Le document joint est téléchargeable (8,6 Mega).

> Forum agrocombustibles




Fruits et légumes : la crise estivale frappe les producteurs des 2 côtés du Rhin  -  2009-08-03

Fin juillet, l’interprofession des fruits et légumes en Alsace tirait la sonnette d’alarme en dénonçant la politique d’approvisionnement des grandes surfaces qui se tournent largement vers les importations à bas prix (Espagne et Hollande), délaissant malgré leurs engagements les productions locales de saison actuellement importantes. Seuls les maraîchers qui pratiquent la vente directe s’en sortent encore car la demande en produits locaux est forte. Ceux qui vendent aux grandes centrales de distribution écoulent leurs produits en dessous du coût de revient. Une des principales raisons de cette situation est le coût de la main d’œuvre bien moins cher dans certains pays qu’en France (11 € en France contre 4,5 € aux Pays Bas).
Malgré un coût en main d’œuvre saisonnière moindre (qui crée une distorsion de concurrence dénoncée depuis plusieurs années par les producteurs alsaciens), la situation ne semble pourtant guère meilleure en Allemagne. Là aussi la guère des prix fait rage entre les centrales « discount » (Edeka, Aldi, Rewe, Lidl et Metro) qui commercialisent environ 50 % de la production locale. Parmi les produits de saison les plus mis à mal par les importations on trouve la salade que les producteurs vendent moitié moins chère qu’en 2008.
Source : Revues Est-Agricole Viticole 31.07.2009 – Communiqué Planète Légumes et TASPO n°29 (Fachzeitung für Produktion und Handel im Gartenbau)




L’Alsace soutient le développement des distributeurs de plaquettes et de granulés de bois   -  2009-07-31

La Région Alsace et l’ADEME mènent depuis plusieurs années une politique incitative au développement des chaufferies collectives au bois. Ainsi, en 2009, on comptait plus de 240 chaufferies en fonctionnement dont la consommation annuelles en plaquettes de bois est d’environ 50 000 tonnes. Si les ressources et les moyens de broyage ne manquent pas, en revanche les capacités de stockage et de séchage sont insuffisantes. L’Alsace soutient donc la création d’aires de stockage de grandes capacités (minimum de 2 500 t) si son existence semble pertinente à l’échelle du territoire, par une aide régionale de 40 %. Par ailleurs, une aide a été aussi octroyée à un groupement de 6 entreprises pour l’acquisition de camions dotés de caissons souffleurs pour la livraison de plaquettes et de pellets. Le système avec soufflerie permet de simplifier et d’automatiser la livraison de ces combustibles particulièrement utile chez les particuliers et les petites chaufferies. <:/> Le remplacement des combustibles fossiles des chaufferies collectives aura contribué en 2009 à éviter le rejet de plus de 42 000 t de CO2 et d’économiser plus de 15 000 tep. <:/> Sources : revues EAV 24 juillet et Bioénergie juin 2009

Plus d'info sur le site Energievie




Un observatoire du photovoltaïque en Alsace  -  2009-07-22

La Chambre d'Agriculture d'Alsace a lancé le 30 juin dernier un observatoire du photovoltaïque pour le secteur agricole. Sa vocation est de rassembler les compétences et de favoriser les échanges d'expériences en ce domaine afin d'aider les agriculteurs à faire les bons choix. L'observatoire permettra de bien connaître les caractéristiques des installations et de suivre leurs performances à l'aide d'analyses comparatives des données enregistrées. Les participants pourront bénéficier d'expertise personnalisée de leur installation. Avec environ 300 000 m² installés sur 250 projets (soit près de 3,5 millions d'€ d'investissement) et de nombreux autres en gestation, l'agriculture représente environ 80 % de la puissance électrique photovoltaïque en place. L'unité la plus puissante produit actuellement 4,5 MWc à Weinbourg (67).

inscription sur le site de la Chambre d'Agriculture




Allègement de la taxation sur le gazoil agricole en Allemagne  -  2009-07-10

Répondant à une demande forte de la profession agricole renouvellée à plusieurs reprises, le gouvernement allemand a décidé un allègement de la taxation sur le gazoil agricole.
Le taux d'imposition passe ainsi de 47,04 c/l à 25,56 c/l. Cependant, il a été décidé d'une franchise de 350 € par exploitation, ce qui selon les syndicats, exclue du bénéfice de cette remise les petites structures de moins de 16 ha. Un plafond de 10 000 l/ha par exploitation est aussi instauré ce qui cette fois réduit l'intérêt de la mesure pour les grandes structures (avec une consommation de 100 l/ha, le plafond est atteint dès 100 ha...). L'allègement vaut pour 2009 et aussi de manière rétroactive pour 2008. L'allèlegement global pour l'agriculture allemande serait d'environ 285 millions d'euros. source : journal BBZ 13 juin 2009




Cultures de protéagineux : une prime de 220 €/ha à partir de 2010 en Allemagne  -  2009-06-29

Une prime agro-environnementale "production de cultures protéagineuses favorables à la préservation du climat" a été décidée sur le plan national en Allemagne dans le cadre du programme PLANAK (amélioration des structures agricoles et de la protection des côtes". L'introduction de cultures de légumineuses à grosses graines dans la rotation présente en effet des avantages incontestables en faveur de la préservation du climat tels que l'économie d'azote minéral de synthèse et par là même des diminutions de rejets de gaz à effet de serre. Ce soutien est destiné aux cultures de protéagineux d'origine locale : pois, féverole et lupin doux (pas le soja). L'exploitation pour être éligible doit cultiver au moins 10 % de sa SAU en cultures protéagineuses pendant cinq ans.

Site UFOP




Méthode de fertilisation azotée CULTAN : visites des essais le 26 juin 2009  -  2009-06-17

L'ITADA organise une sortie de découverte de CULTAN, une méthode allemande de fertilisation azotée localisée entre rangs avec un engrais contenant une part importante d’azote sous forme d’ammonium. Après un apport théorique nous ferons une visite d’ essais mis en place avec cette méthode par les collègues de ANNA (Agence pour une valorisation durable de l’espace agricole) et du Landratsamt de Breisgau-Hochschwarzwald. Le rendez-vous est fixé au : vendredi 26 juin à 13h45 Maschinenhalle Entreprise Klaus Schitterer Tiengener Straße 5 à Freiburg-St.Georgen (cf. document telechargeable) Si vous êtes intéressé, merci de vous inscrire au plus tard le 24 juin 2009 au près du secrétariat ITADA : itada@wanadoo.fr ou 0033 03 89 79 27 65.
visitesessaisCULTAN26062009




23 juin 2009 à Müllheim : Visite essais rotations et protéagineux biologiques   -  2009-06-10

L'ITADA organise le mardi 23 juin 2009 une visite des essais du LTZ de Müllheim, rotations grandes cultures sans apports de fertilisants organiques et protéagineux conduits en Agriculture Biologique. Un rendez-vous est donné pour regrouper les participants français à 10h sur le parking devant l'Ecomarché à gauche juste avant le pont sur le Rhin de Chalampé. Contact : Hervé Clinkspoor
0033 (0)3 89 79 27 65 - itada@wanadoo.fr
visite essais Bio Muellheim 23juin2009




Bade Wurtemberg : regroupement de différentes structures dans le Centre agricole pour l'élevage bovin, les paturages, la production laitière, le gibier et la pêche  -  2009-06-09

Différentes structures chargées des questions relatives à l'élevage ont été regroupées dans le Centre agricole pour l'élevage bovin, les pâturages, la production laitière, le gibier et la pêche. Le siège est à Aulendorf (siège de l'ex LVVG) et la Direction est asssurée par Franz Schweizer. Le site de l'institut sur Internet est visitable sous www.lazbw.de

centre agricole élévage bovin du Bade-Wurtemberg




En Alsace : soutien régional à la plantation de nouveaux vergers  -  2009-05-25

Un dispositif régional d'aide à la plantation de nouveaux vergers vient d'être ouvert. Il vise par une aide unique à l'investissement versée aux producteurs à soutenir la compétitivité et le développement des activités arboricoles au sein des exploitations alsaciennes. Le montant de l'aide est une prise en charge de 30 % des frais réels dans la limite d'un plafond en lien avec l'espèce et la rusticité de la variété (5 600 €/ha à 20 000 €/ha. La surface éligible est plafonnée à 5 ha par exploitation, toutes espèces confondues. La Chambre d'Agriculture du Bas-Rhin est chargée de l'instruction des dossiers qui doivent être déposés pour le 25 juin. Contact : Philippe JACQUES - 03 88 19 17 10 p.jacques@bas-rhin.chambagri.fr




Forum ITADA : les agrocombustibles ont ils de l'avenir dans le Rhin supérieur ?  -  2009-03-13

Mercredi 08 avril 2009, l'ITADA organise en Allemagne à Hügelheim, près de Muellheim (entre Freiburg et Bâle),un forum transfrontalier d'informations sur la thématique des agrocombustibles.
A cette occasion, une série d'intervenants feront le point en matinée sur les cultures énergétiques pérennes (miscanthus, taillis courte rotation) : techniques culturales, bilan environnemental, rentabilité économique. L'après midi sera consacrée à des visites de terrain : chantier de récolte de miscanthus, visite d'un taillis de très courte rotation de saules, installation de chauffage fonctionnant avec du miscanthus...
La journée est organisée en collaboration avec le Centre de Technologie agricole d'Augustenberg (LTZ).
Une traduction simultanée des interventions est assurée.
Plus d'informations sur le document pdf téléchargeable.

Forum itada 08042009




Changement de coordonnées téléphoniques de l'ITADA  -  2009/02/09

Dorénavant, pour joindre le secrétariat de l’ITADA à Colmar, vous voudrez bien composer le numéro suivant : 0033 (0)3 89 79 27 65 Le numéro de fax change aussi pour le numéro suivant: 0033 (0)3 89 22 95 77 L’adresse de messagerie itada@wanadoo.fr reste active.




Le retour du chanvre en Alsace   -  2008-12-16

Sept agriculteurs se sont lancés en 2008 dans la culture du chanvre sur un total de 15 ha. Ces surfaces ont été produites en contrat avec la société allemande Bafa (près de Karlsruhe) qui transforme les fibres pour une utilisation dans l’industrie automobile (garnitures intérieures de voitures) ou dans la construction (isolants naturels).
Les chantiers de récolte, réalisés avec une machine équipée du bec spécial « chanvre », devaient être réalisés après ceux des producteurs de l'association « Est Chanvre » en Lorraine. Malheureusement, la machine est restée mobilisée très longtemps avant de venir en Alsace, ce qui a occasionné de fortes pertes de graines (chénevis) par égrenage et des difficultés de reprise de la paille, la météo étant devenue défavorable au pressage.
Les résultats sont donc assez modestes cette année et peu représentatifs du potentiel réel de la culture. La plupart des agriculteurs ne semblent cependant pas découragés pour autant et d’autres semblent également intéressés pour 2009.

Source : Rémi Michaël (conseiller Chambre d’Agriculture du Bas-Rhin)




Lancement de France Miscanthus en 2009  -  2008-12-11

La création de France Miscanthus a été annoncée par la CGB (Confédération Générale des Planteurs de Betteraves), les producteurs de bioéthanol et les industriels de la déshydratation de pulpes de betteraves et de luzerne. La plante sera brulée en complément d'autres sources d'énergie souvent d'origine fossile afin d'améliorer le bilan carbone des usines. La CGB a l'intention de faire reconnaître la culture de miscanthus dans les initiatives soutenues par l'enveloppe attribuée (64 millions €) par l'Europe à la France pour aider à la diversification des exploitations qui ont décidé d'arrêter la betterave dans le cadre de la réforme de l'OCM sucre.
Source : ORAMA




La fiscalité des agrocarburants fait débat des deux côtés du Rhin  -  2008-11-17

Fiscalité des agrocarburants en France
La défiscalisation des biocarburants vient d’être remise en cause en France. Un projet de loi de finance pour 2009 prévoyait la baisse rapide de l’avantage fiscal en faveur des biocarburants et sa suppression d’ici 2012. Devant la mobilisation des professionnels craignant la faillite des usines tout juste mises en route, le gouvernement a rectifié le tir décidant d’une baisse plus lente des avantages et abandonnant le principe de leur suppression en 2012.

Fiscalité des biocarburants en Allemagne
La nouvelle loi sur la fiscalité des énergies, entrée en vigueur le 01 août 2006, a instauré une taxation partielle du biodiesel (9 c/l) utilisé pur pour atteindre 15 cent/l en 2008. L’huile de colza carburant n’a été taxée qu’à partir du 01 janvier 2008 (8 c/l). La loi prévoyait une augmentation progressive de la fiscalisation des deux carburants chaque année pour arriver à une taxation entière à partir de 2012, à un niveau de 45 Cent/l. Le bioéthanol et le biométhane échapperont pour leur part à la taxation jusqu’en 2015.
pour en savoir plus, consulter le document pdf ci-joint
Fiscalité des biocarburants FD




Les surfaces consacrées aux matières premières renouvelables en Allemagne stagnent en 2008  -  2008-11-07

Selon l’estimation de l’agence spécialisée dans les matières premières renouvelables (FNR), après 4 années de forte progression, avec près de 2 millions d’hectares en 2008, les surfaces sont restées voisines de celles de l’année précédente.
Ceci est la conséquence de l’évolution des marchés mondiaux des matières agricoles et du net recul des surfaces nationales consacrées aux biocarburants. Ainsi, les surfaces de colza énergétique ont reculé de 120 000 ha en 2008. Au contraire, les surfaces de cultures énergétiques vouées à l’alimentation des digesteurs à biogaz ont encore augmenté d’environ 100 000 ha.

site FNR




Le tofu bio de Freiburg a le vent en poupe  -  2008-09-26

La consommation de plats à base de tofu de soja issu de l’agriculture biologique gagne régulièrement de nouveaux adeptes et la société Life Food Gmbh, le plus gros producteur de tofu bio en Europe, installé à Freiburg, élargit ses capacités de production. Life Food investit à l’occasion près de deux millions d’euros dans la construction d’un second bâtiment (plus de 1 400 m²) à proximité du site actuel. investit. La firme a l’intention d’élargir sa gamme notamment par des produits surgelés.
L’ approvisionnement en soja biologique est de provenance essentiellement régionale : environ 300 ha sont produits en Bade Wurtemberg et le reste en Alsace, en Bavière et en Rhénanie-Palatinat.
Source : BBZ N°36, septembre 2008 + deutsche Sojafördering




Indemnités pour les apiculteurs de la plaine du Rhin   -  2008-09-10

Les quelques 700 apiculteurs dont les abeilles avaient été décimées au printemps dernier en plaine du Rhin par la clothianidine, matière active de traitement de semences de maïs, feront l'objet d'une indemnisation. La firme Bayer CropSCience a mis deux millions d'euros à disposition pour compenser les pertes subies (80 à 360 € par ruche).
source : Ministerium Ländlichen Raum Stuttgart




Des chrysomèles du maïs à nouveau piégées dans la plaine du Rhin  -  2008-07-31

Le parasite de quarantaine a de nouveau été piégé sur la seconde moitié de juillet de chaque côté du Rhin : plusieurs dizaines d’insectes ont ainsi été retrouvés du côté du Bade Wurtemberg autour de l’aire de repos de Mahlberg (au sud de Lahr dans l’Ortenaukreis)le long de l’A 5 ainsi que plus à l'est du côté de Ravensburg (en se rapprochant de la Bavière où de nombreuses captures sont faites) alors qu’en Alsace quelques prises ont été faites à proximité de l’aire de repos du Haut-Koenigsbourg (A 35) près de Sélestat et à Hegenheim au sud de l’aéroport Bâle-Mulhouse.
La présence du ravageur semble donc à nouveau très corrélée à des lieux de forte fréquentation des transporteurs internationaux.
Les foyers sont situés dans des secteurs agricoles où la culture du maïs est très développée et où l’obligation de rotation obligatoire en zone focus (1 km) et zone de sécurité (5 km) occasionnerait de lourdes pertes financières pour les exploitations concernées. Du côté français, un nouvel arrêté du 31.07.2008 assouplit les mesures obligatoires de lutte dans la zone de sécurité ( de 1 à 6 km autour du foyer) en laissant le choix entre lutte chimique contre les adultes et les larves l'année prochaine et rotation (voir l'arrêté disponible sur le site de la CA 67).

chambre d'agriculture du Bas-Rhin

information du MLR Bade Wurtemberg




le TS maïs Poncho pro confirmé comme responsable de la mortalité d'abeilles en pays de Bade  -  2008-05-27

La mortalité exceptionnelle d’abeilles en plaine rhénane (de Karlsruhe à Bâle) observée au moment des semis de maïs en Bade Wurtemberg serait, selon les résultats des études entreprises par les instituts techniques LTZ (Landwirtschaftliches Technologiezentrum Augustenberg = centre de technologie agricole d’Augustenberg à Karlsruhe) et Julius Kühn Institut (Institut fédéral de recherche sur les plantes cultivées) vraisemblablement bien due à des émissions de poussières du TS Poncho Pro largement préconisé pour les semis 2008 dans ce secteur afin de lutter contre la chrysomèle du maïs.
Il s’agirait sans doute d’un défaut de qualité du traitement de semences qui aurait conduit à des émissions de particules d’insecticide (clothianidine) lors du semis avec des semoirs pneumatiques dont l’évacuation d’air se fait vers le haut. Des dépositions sur des plantes ou cultures voisines (colza, fraises, arbres fruitiers) visitées par les abeilles à cette époque auraient alors conduit à leur intoxication.
Les investigations encore en cours ont fréquemment relevé des traces de clothianidine sur les échantillons de plantes ou d’abeilles mortes analysés. Selon les instituts allemands, d’infimes traces de cet insecticide seraient suffisantes (de l’ordre du Nanogramme) pour occasionner de sévères dégâts aux abeilles.
Les premières études sur feuilles ou fruits immatures de cultures de fruits et légumes de la plaine rhénane confirment qu’il n’y aurait à craindre aucun danger pour les animaux vertébrés et l’homme suite à d’éventuels résidus de cet insecticide très spécifique.

Plus d’informations sur les conclusions et les résultats des analyses de résidus

Ministère de l'Agriculture du Land du Bade Wurtemberg

Institut Julius Kühn




La mortalité d'abeilles observée en sud Bade conduit à la suspension en Allemagne de l’autorisation d’usage de TS du maïs.   -  2008-05-19

L’Office fédéral pour la sécurité des produits alimentaires et la protection du consommateur (BVL) a prononcé le 15 mai dernier la suspension de l’autorisation de produits de traitement des semences parmi lesquels PONCHO Pro (matière active = clothianidine) utilisé pour lutter contre les ravageurs du sol du maïs et notamment préconisé pour la lutte contre la chrysomèle en zones de risques (plaine du Rhin et région du Bodensee).
Dès fin avril, une mortalité exceptionnelle d’abeilles a été observée dans la vallée rhénane du Bade Wurtemberg entre Lörrach au sud et Rastatt au nord (grosso modo la plaine en vis à vis de l’Alsace). Des analyses multiples ont alors été entreprises pour déterminer la cause de mortalité (parasitisme, intoxication…).
Des résidus de clothianidine ayant été retrouvés dans certains échantillons d’abeilles mortes analysées (09.05.2008), il a été alors conseillé en premier lieu de déplacer les ruches en toute hâte vers les zones de pré-collines du Schwarzwald ce qui semble t’il a permis de stopper rapidement la mortalité des populations d’abeilles. La suspicion de contamination des cultures en fleurs visitées par les abeilles (telles le colza) par dépôt de particules provenant du TS des semences de maïs lors du semis a donc décidé les pouvoirs publics à appliquer le principe de précaution et à interdire le traitement et la mise en circulation de semences traitées avec PONCHO (ainsi que d’autres produits insecticides utilisés en TS tels que le CRUISER).
Suite à cela, le Ministère de l’Espace Rural du Bade Wurtemberg (MLR) vient de déconseiller aux agriculteurs de semer avec de telles semences traitées (16.05.2008). Dans le cas où de telles semences seraient encore utilisées pour des semis, il est alors recommandé d’utiliser des semoirs mécaniques et non des semoirs pneumatiques dont l’air est rejeté par des tuyaux dirigés vers le haut.
Les analyses ont été démultipliées ces derniers jours et une nouvelle réunion d’un comité d’experts est prévu cette semaine sous la présidence du Ministre du MLR Peter Hauk afin d’étudier les nouveaux éléments disponibles et vérifier si les accusations de toxicité portées vis à vis du PONCHO sont avérées.

NB : aucune mortalité anormale des abeilles n’a été observée en plaine du côté alsacien ce printemps mais le PONCHO n’est pas autorisé en France. Le CRUISER, autre TS insecticide récemment autorisé en France (m.a.= thiamethoxam) sur maïs notamment pour la lutte contre la chrysomèle n’a été utilisé que sur peu de surfaces car il a été autorisé tardivement et coûte cher. De plus, la plupart des parcelles en zone focus et sécurité où le TS des semences de maïs était obligatoire ne sont pas cultivées en maïs en 2008 car elles l’étaient déjà en 2007.

info BVL (Bund)

info MLR (BW)




Mieux fertiliser les cultures   -  2008-05-06

Le Landratsamt Breisgau-Hochschwarzwald a initié un projet sur trois années dans lequel les agriculteurs participants vont tester la méthode de fertilisation « Cultan » sur cultures de maïs et de pomme de terre.
Le projet a pour titre : « nouvelle voie de fertilisation azotée pour le maïs et la pomme de terre – plus d’efficacité au service de l’agriculture et en faveur de l’environnement avec la méthode CULTAN ».
Le projet est soutenu financièrement par le fonds d’innovation pour la protection de l’eau et du climat du fournisseur d’énergie et d’eau BADENOVA , pour un montant de 250 000 Euros (moitié du coût total). Un des points forts des travaux sera la détermination exacte du lessivage en nitrates dans les sols des parcelles ou seront comparés la fertilisation traditionnelle avec la méthode CULTAN.
Le fonds alimenté par BADENOVA dispose au minimum chaque année de 1,8 millions d’Euros (3,4 Mi en 2008) prélevés sur ses bénéfices pour financer des projets régionaux innovants et exemplaires pour la préservation de l’eau et la protection du climat. Les bénéficiaires sont des communes, des syndicats, des associations, des entreprises ou des personnes privées.
Extraits de l’article de « Rebland-Kurier » - édition de Müllheim- du 23.04.2008

Quelques rappels sur CULTAN. Le système ou méthode de fertilisation CULTAN consiste à approvisionner les plantes en azote à l’aide d’un dépôt d’engrais essentiellement à base d’ammonium. Le nom CULTAN (Controled Uptake Long Term Ammonium Nutrition) vient du Prof. Karl Sommer de l’Institut de chimie agricole de l’Université de Bonn qui a élaboré le principe de la méthode dans les années 70. Contrairement à la fumure classique, la méthode CULTAN permet de contrôler l’absorption d’azote par les plantes à plus long terme qu’avec des apports avec des formes nitriques. Cette méthode permettrait de réduire la dynamique de l’azote nitrique et de réduire la lixiviation des nitrates. Le dépôt d’ammonium est quasi inaccessible aux racines d’adventices tout au moins au début de leur développement. Les engrais utilisés sont surtout des solutions SAU (mélange de sulfates d’ammonium et d’urée en solution) , NAU (mélange de nitrate d’ammonium et d’urée) et les solutions DAP (phosphate diammonique). Ce système de fertilisation avec la forme ammonium est considéré comme bien adapté aux zones de captages d’eau protégées ainsi qu’aux systèmes de culture sans labour. Une série d’expérimentations sur maïs débutées dans le Bade Wurtemberg en 2003 par l’IfuL et la LAP Forchheim a été poursuivie par le LTZ en 2006 et 2007. Les essais sur maïs consistaient en un dépôt à l’aide d’injecteurs à coutres placé entre 15 et 25 cm de profondeur en inter-rangs un rang sur deux de la culture. L’engrais retenu était du Domamon (67 % N sous forme d’urée et 33 % sous forme de sulfate d’ammonium). Les essais ont été réalisés avec trois niveaux d’apports (NID (standard conseillé), NID – 20 % et NID + 20 %). Les modalités d’apport ont également varié : au semis en même temps que l’ apport de DAP sur le rang ou bien en décalé dans le temps : DAP au semis puis CULTAN au stade 6 feuilles du maïs. En moyenne des essais, les rendements des variantes CULTAN ne se sont pas distingué significativement des autres systèmes de fertilisation (Landinfo 1-2007, K Mastel (LTZ)). D'autres essais ont aussi été réalisés en Suisse par Agroscope (ART).

Rapport ART n°657/2006 16 pages

Landinfo 1-2007




Evolution en Allemagne de la loi sur les produits alimentaires issus d'OGM   -  2008-04-23

Nouvelles règles pour les produits alimentaires transgéniques en Allemagne.
Le parlement a adopté le 15.02.2008 la loi modifiée sur les OGM et le signe distinctif « sans OGM ». Après ratification par les présidents des Länder la nouvelle loi entre en vigueur avec la publication au bulletin officiel des lois fédérales. Les dispositions concernant le signe « sans OGM » ne sont pas comprises. Elles ne sont seront applicables légalement seulement que 4 mois après leur transmission officielle à la commission européenne.

Culture de mais issus d’OGM.
Comme en Allemagne jusqu’à présent aucune plante issue d’OGM en dehors du maïs n’est cultivée, la loi sur les produits OGM ne se rapporte pour le moment qu’au maïs transgénique. Si un agriculteur désire cultiver un maïs OGM, il doit jusqu’à présent déclarer ses surfaces dans un registre de localisation qui est d’accès publique. Si des préjudices économiques surviennent chez un voisin, suite à une pollution de ses cultures conventionnelles ou biologiques, l’agriculteur qui a semé le maïs OGM en assume la responsabilité. Ce dernier n’est pas libéré de ses responsabilités même s’il a respecté toutes les réglementations et qu’il n’a pas commis d’erreurs.
Le décret pour la bonne pratique pour la culture de maïs OGM complète la nouvelle loi sur les produits alimentaires OGM. Celui-ci préconise par exemple une distance minimale de 150 m entre une culture de maïs OGM et le champ de maïs conventionnel le plus proche. Pour un maïs biologique, la distance minimale est augmentée à 300 m.

Signe de distinction « sans OGM » pour les produits alimentaires d’origine animale.
Pour les produits alimentaires d’origine animale qui portent la mention « sans OGM », les obligations en vigueur ne sont désormais plus aussi sévères (seuil de tolérance de contamination passe à 0,9 % au lieu de 0,1 %). Les animaux, dont les produits (viande, œufs, lait) sont présentés avec cette mention ne doivent pas recevoir d’aliments fourragers issus de plantes génétiquement modifiées telles que le maïs et le soja, qui selon les réglementations européennes devraient porter une mention les identifiant.
La mention « sans OGM » peut alors aussi être portée sur un produit si le fourrage des animaux contient des enzymes, des vitamines et des additifs nutritifs qui ont été produits par des microorganismes génétiquement modifiés. La justification du Ministère explique que ces additifs servent à une « alimentation équilibrée des animaux » et sont « produits dans des conditions contrôlées de système respectant l’environnement et les ressources ».

Mention « sans OGM » pour les produits alimentaires transformés.
On ne doit pas utiliser de substances additives, enzymes et arômes issus de microorganismes génétiquement modifiés pour les produits alimentaires transformés qui portent la mention « sans OGM ». Des exceptions sont toutefois admises pour les substances additives et stimulantes qui ne peuvent pas être obtenues sans OGM. Ceux-ci sont également autorisés pour les produits alimentaires biologiques. Les exigences pour la mention « sans OGM » sont donc comparables à celles exigées pour les produits biologiques.

Source : Infodienst der Landwirtschaftsverwaltung Baden-Württemberg (03.2008)

info sur le site du LEL (langue allemande)




utilisation des produits naturels en agriculture : une alternative pour la santé des plantes ?  -  2008-04-21

L'ITADA a organisé à Schiltigheim en partenariat avec la Chambre d'Agriculture de la région Alsace un séminaire transfrontalier sur l'utilisation des produits naturels en agriculture : quels enjeux, les réglementations de mise sur le marché en Allemagne, en Suisse et en France ; des exemples d'alternatives offertes par ces produits, retours d'expériences.
Les actes du séminaire sont disponibles en document pdf chargeable sur le site ITADA.

lien document




huile carburant et biodiesel en Allemagne  -  2008-03-28

Selon un communiqué de l’UFOP (union professionnelle pour le développement des oléoprotéagineux) le litre de biodiesel coûtait en janvier en moyenne 1,003 €/l ce qui était 2,30 cent/l de plus que le diesel fossile. Ceci est la conséquence du prix très élevé de l’huile de colza (environ 91 cent/l). La nouvelle taxation des biocarburants (10 cent/l pour l’huile carburant et 15 cent/l pour le biodiesel) ne fait que renforcer le manque de compétitivité. Seul l’usage dans le secteur agricole reste exempté de cette imposition et donc intéressant. Selon une enquête, l’activité de transformation du colza en huile des petits et moyens moulins décentralisés (environ 550 unités dans le pays pour une transformation d’environ 890 000 tonnes soit 16.7 % de la récolte D) serait très menacée car les débouchés sont pour plus de 70 % le marché des biocarburants.




Des unités de production de biogaz bientôt dans la plaine du Rhin grâce à Badenova ?  -  2008-03-25

Badenova, le distributeur d’énergie du Bade Wurtemberg (qui intervient de Baden-Baden au nord jusqu’à la Suisse au sud et de Breisach jusqu’à Tuttlingen à l’est) a l’intention d’investir dans la mise en place de 5 unités de production de biogaz d'ici 2012. Ces installations ne seraient alimentées que par de la biomasse végétale et l’on estime à environ 1000 ha les surfaces nécessaires pour chacune d’entre elles. L’entreprise pourrait investir jusqu’à 50 Mi d’euros et prévoirait d’associer les agriculteurs dans une société d’exploitation. Le projet en cours de gestation attend aussi de connaître les nouvelles dispositions prévues par la nouvelle loi sur les énergies renouvelables qui devrait être prochainement arrêtée. source : Badische Bauern Zeitung




utilisation des produits naturels en agriculture : une alternative pour la santé des plantes ?  -  2008-01-31

L'ITADA organise à Schiltigheim en partenariat avec la Chambre d'Agriculture de la région Alsace un séminaire transfrontalier sur l'utilisation des produits naturels en agriculture : quels enjeux, les réglementations de mise sur le marché en Allemagne, en Suisse et en France ; ces produits offrent -ils une alternative crédible ? exemples et retours d'expériences.




AFPP : des fiches sur les produits alternatifs pour la protection des plantes  -  2007-12-18

L’association française de protection des plantes (AFPP) a mis en place une commission baptisée « Moyens de protection alternatifs ». Cette commission a pour mission de travailler sur « tous les moyens alternatifs susceptibles d'être mis en jeu dans une protection raisonnée des cultures ». Un groupe de travail a réalisé une dizaine de fiches sur des produits alternatifs de protection des plantes. Chaque fiche (format Pdf) présente des informations sur la substance active, les propriétés physico-chimiques, la toxicité, le mode d’action, les usages, la bibliographie,…En tout, 23 fiches devraient être bientôt disponibles.

AFPP




Biocarburants : assez de disponibilités en terres pour répondre à tous les besoins à l'horizon 2010  -  2007-12-10

L’Office National Interprofessionnel des Grandes Cultures a mis en place fin 2006, un Comité « biocarburants et biomasse », composé d’experts de tous horizons. Ce comité a défini 4 thématiques stratégiques, expertisées en groupes de travail ad-hoc : 1. Concurrence « alimentaire-non alimentaire », 2. Bilan énergétique et critères de durabilité, 3. Valorisation des co-produits, 4. Observation des marchés. L’ONIGC présente aujourd’hui les premières conclusions du groupe de travail « concurrence alimentaire-non alimentaire » sur les surfaces nécessaires pour atteindre l’objectif français d’incorporation de 7 % de biocarburants en 2010. L’étude réalisée montre que la ressource nationale en terres arables permet de réaliser cet objectif tout en répondant aux besoins alimentaires domestiques et en maintenant les exportations de céréales.

ONIGC




Réduction des périmètres soumis aux obligations de lutte contre la chrysomèle du maïs  -  2007-11-08

Le 17.10.2007, le ministère de l'Agriculture a accepté la réduction des zones de lutte contre diabrotica au minimum prévu dans le cadre cde l'U.E. La ´zone focus´ est ainsi réduite à un cercle de 1 km de rayon au lieu de 5 km, la ´zone de sécurité´ passe de 10 km à 5 km et la ´zone tampon´ de 40 km à 34 km.
L'arrêté pour le Département Haut-Rhin a été ainsi adapté le 22.10.2007. Les arrêtés de lutte de part et d'autre du Rhin deviennent ainsi comparables pour ce qui concerne la délimitation des zones concernées.




actes du forum ITADA : "production d'énergie à partir de biogaz : une alternative pour le milieur rural ?"  -  2007-10-26

L’échange transfrontalier d’informations sur l’état actuel de la production d’énergie à partir de la méthanisation était au cœur du dernier forum de l'ITADA qui s'est tenu à Kehl le 29 juin dernier. Le développement de la production de biogaz agricole recouvre des enjeux forts pour le développement du territoire rural et pose aussi des questions d’ordre agronomique et environnemental. Une approche comparative de la situation en France et en Allemagne a notamment permis de mieux comprendre pourquoi il n'existe encore que très peu d’installations de biogaz en France, contrairement à l’Allemagne où on en recensait environ 3 300 fin 2006, et de dresser des perspectives réalistes avec des spécialistes.




Chrysomèles du maïs en Alsace et en Pays de Bade  -  2007-09-07

Après une première apparition en 2003, le secteur autour de l'aéroport de Mulhouse est à nouveau concerné par plusieurs captures d'adultes de chrysomèles en juillet sur les communes de Blotzheim, St Louis la Chaussée puis plus récemment sur Buschwiller. Pour la première fois des captures ont aussi été relevées du côté allemand en juillet autour de l'aéroport de Lahr (Hugsweier,Kippenheimweiler, Oberschopfheim et Schuttern) puis en août dans la région du Lac de Constance (Bodensee).
Dans ce dernier secteur (près de Salem - Landkreis de Sigmarinen )au nord du Lac de Constance, de nombreuses captures (plus de 200 !) ont été enregistrées et leur importance laisse penser le ravageur était déjà présent par le passé. Des captures ont été également signalées en Bavière (secteur de Passau et aéroport de Munich) et côté français en Bourgogne et en Rhöne-Alpes.
Conformément à la directive européenne classant Diabrotica virgifera virgifera en ravageur de quarantaine, des mesures de lutte ont été mises en oeuvre de part et d'autre du Rhin ayant pour objectif son éradication. Toutefois, les tailles des périmètres concernés pour les zones focus et de sécurité ainsi que les dispositions réglementant la culture de maïs les années suivantes diffèrent dans leur détail.
Le résumé des différentes mesures des arrétés préfectoraux des 1 et 21 août dans le Haut-Rhin seront prochainement accessibles en ligne sur le site de la préfecture (cf. ci-dessous).
Un autre lien informe des mesures arrêtées dans le Bade-Wurtemberg pour les deux zones concernées (secteur de Lahr et au sud d'Effringen-Kirchen en prolongement de la zone concernée en France).
Il est aussi intéressant de prendre connaissance des mesures de lutte contre la chrysomèle arretées en Suisse.

Prefecture 68

Bade Wurtemberg

Suisse




Les jachères fleuries se développent dans le Rhin supérieur  -  2007-09-04

En 2007, des agriculteurs alsaciens et badois ont semé leurs jachères avec des mélanges adaptés à un fleurissement pour une année. Ils rejoignent ainsi certains de leurs collègues des cantons suisses voisins qui implantent depuis plusieurs années déjà des jachères florales pluriannuelles.
En Bade Wurtemberg, le programme agro-environnemental MEKA III, spécifique au Land, propose depuis 2007 une mesure de couverture des jachères avec un mélange de fleurs annuelles. L’agriculteur bénéficie d’un soutien financier (130 €/ha) mais il s’engage à fleurir une surface équivalente de ses jachères pendant 5 années. Les principales règles du cahier des charges sont :
- Le semis doit se faire avec des mélanges d’espèces annuelles avant le 15 mai et avec une dose de semis minimale de 10 kg/ha.
- La végétation ne doit pas être valorisée, ne pas faire l’objet de fertilisation ou d’apport de produits phytosanitaires
- Le travail du sol n’interviendra qu’à partir du 01 novembre ou bien à partir de septembre dans le cas de semis d’une espèce d’hiver. Le broyage laissée en place en mulch est aussi possible dès septembre.
Côté alsacien, les Conseil Général du Bas-Rhin et du Haut-Rhin soutiennent cette initiative à un niveau expérimental limité à quelques dizaines d’hectares. L’aide proposée à l’exploitant est de 300 €/ha. La Coopérative Agricole de Céréales (CAC), partenaire de l’opération fournit les semences aux agriculteurs dans le Haut-Rhin. Dans le Bas-Rhin, la fédération des exploitants regroupe les commandes et les fournitures de semences.
La jachère fleurie dispose de plusieurs avantages :
Pour l’environnement naturel
- Espace source de nourriture pour les insectes pollinisateurs (abeilles, bourdons, papillons et coléoptères) durant toute la période de la végétation et notamment en été
- Zone de protection et d’alimentation pour les oiseaux et le petit gibier
- Mise en valeur du paysage agricole (touche colorée)
Pour l’agriculteur :
- Le salissement en mauvaises herbes est moindre qu’en jachère constituée uniquement de repousses,
- Le couvert végétal permet le maintien des éléments nutritifs dans la biomasse des plantes,
- La couverture du sol améliore l’infiltration des sols, diminue la sensibilité à l’érosion et facilite le travail du sol pour la culture suivante.
A noter que d’autres jachères environnementales favorisant la faune sauvage et les insectes pollinisateurs sont aussi mises en place avec le soutien financier des fédérations de chasseurs et l’engagement d’organismes de la distribution tel que les Ets Gustave Muller en Alsace, pour la fourniture des semences.
Ce type de jachère entre toutefois en concurrence avec la jachère énergétique en plein essor dans les deux pays. L’intention de la commission européenne de ramener le taux de jachère à zéro en 2008 menace également directement la poursuite de telles opérations favorables à l’environnement.

Alsace

Bade-Wurtemberg

Suisse


L'utilisation des surfaces en herbe en excèdent pourrait être une contribution importante à un approvisionnement durable en énergie  -  2007-08-28

Les surfaces herbagères marquent le paysage de nombreuses régions dans le Bade Wurtemberg et recoupent d’importantes fonctions dans la préservation de la nature, la protection des sols et de l’eau.
Leur vocation de production de fourrages est toutefois en déclin en raison des progrès des techniques culturales et de ceux de la sélection ainsi que suite aux transformations des structures de production laitière.
Selon des estimations récentes, environ ¼ des surfaces (soit plus de 160 000 ha) ne seraient plus valorisées en élevage d’ici 2015 en Bade Wurtemberg.
Les conclusions d’une étude du centre de recherche de Karlsruhe présentées le 11 juillet dernier à l’Université de Stuttgart-Hohenheim : « énergie à partir des surfaces en herbes : un développement durable ? », laissent espérer que 90 % de ces surfaces pourraient être valorisées pour produire de l’énergie. La transformation de l’herbe en énergie présenterait plusieurs avantages tels que la réduction d’émissions de gaz à effet de serre et le maintien des atouts environnementaux des surfaces toujours en herbe.
Malheureusement, la valorisation énergétique de l’herbe est rarement économiquement rentable et les auteurs ont donc étudié d’autres scénarii comme la reconversion des surfaces en champs de cultures énergétiques (maïs pour biogaz ou taillis de courte rotation avec des peupliers). Rapport du centre de recherche de Karlsruhe – 2007 / 193 pages Auteurs : C. Rösch, K. Raab, J. Scharka, V. Stelzer

ForschungszentrumKarlsruhe